Accueil > 14 pistes pour mieux gérer ses émotions

14 pistes pour mieux gérer ses émotions

Entreprendre.fr

Il existe heureusement de nombreuses pistes de développement personnel pour apprendre à mieux gérer ses émotions et à en faire des forces positives dans sa vie. Voici les conseils de nos experts pour les analyser, les contrôler et s’en servir à bon escient.

 

Pour les plus émotives d’entre nous, des solutions existent déjà pour lutter contre cette hyperémotivité.

 

 

à lire aussi

 

Des solutions existent


1. Se forcer à aborder les sujets qui posent problème lorsqu’ils se présentent. Ainsi, lorsque votre patron vous demande de remettre un rapport pour telle heure, mais que vous savez très bien que cela sera très difficile, il faut en parler immédiatement.

 

Sinon ce petit point va venir vous agacer, se rajouter à un autre, puis un autre, jusqu’à ce que vous craquiez, souvent face à lui qui n’y comprendra rien. Idem pour votre amoureux ou conjoint. Les hyperémotives doivent tenter de gérer les problèmes au jour le jour.

 

2. Pratiquer une activité sportive, quelle qu’elle soit afin de canaliser son énergie de façon régulière.

 

3. Avoir une vie saine, la possibilité de se reposer et surtout de dormir suffisamment, pour ne pas rajouter à la nervosité.

 

Prendre du recul

Sans un minimum de recul par rapport à soi-même, il est difficile voire impossible de se soustraire à la puissante force de nos émotions, surtout lorsqu'elles ont été longtemps refoulées. Il faut comprendre que tant que l'on refoule ou masque ses émotions, ces manifestations demeurent pour nous un phénomène inconnu dont il est impossible de se libérer.

 

C'est en apprenant, avec patience, à faire connaissance avec soi, que l'on parvient à une parfaite maîtrise de ses émotions et qu'en même temps, nos angoisses peuvent disparaître.

 

Les thérapies & traitements

Mais si cela devient trop compliqué à gérer seule, et que l’envie de modifier en partie son comportement est forte, certaines thérapies peuvent venir en aide. Chacun peut trouver une thérapie qui va lui convenir, même si l’une ne convient pas, cela ne veut pas dire qu’une autre ne fera pas l’affaire.

 

4. Le dialogue intérieur

La base est simple : notre corps est unique, mais notre individualité est formée de plusieurs sous-personnalités qui sont adaptées à différents environnements.

 

Or, il peut arriver qu’un désaccord survienne qui va provoquer un certain tiraillement entre leurs différentes exigences. Dans la technique du dialogue intérieur qui se pratique avec un thérapeute, il s’agit d’exposer les différentes tendances qui s’affrontent, y compris celles que l’on aurait tendance à taire. Cela permet d’arriver à l’apaisement, mais cet état est temporaire. Il convient donc d’entretenir cet état par soi-même ensuite.

 

Cette approche a été mise en place par des analystes californiens dans les années 80. Elle permet de résoudre un problème relationnel par exemple sur un ou deux ans. Mais elle est aussi utilisée pour les soucis ponctuels, auquel cas il faut compter moins de dix séances pour en finir.

5. Les thérapies comportementales et cognitives

Elles ne visent pas à modifier en profondeur et sont assez courtes. Elles conviennent à certaines personnes qui préfèrent agir sur une méthode concrète, car il s’agit d’un nouvel apprentissage.

Celui-ci permettra de mieux aborder les situations problématiques. Les exercices sont concrets afin de se former à des comportements corrigés par rapport au passé. La compétence du thérapeute est essentielle, comme toujours.

 

Tout un courant récent des psychothérapies humanistes et cognitives, intégrant largement des principes de la philosophie bouddhiste, insiste en matière de troubles émotionnels, sur les techniques d'acceptation. Plutôt que de refuser l'expérience émotionnelle (chercher à chasser la tristesse, à nier la frustration ou l'envie, voire à récuser le bonheur pour ne pas souffrir de sa disparition ultérieure), les thérapeutes encouragent alors leurs patients à l'accepter pleinement.

 

6. Les méthodes de relaxation

Si le problème est assez léger, apprendre à se relaxer, à respirer et pouvoir appliquer ces méthodes au jour le jour justement lorsque la patiente est confrontée à une situation qu’elle a du mal à gérer est véritablement un plus et une aide réelle.

 

A la différence de la plupart des techniques de relaxation, la relaxation autoconcentrative ne se limite pas à apporter un état de détente, certes bénéfique ; elle apporte, en plus, une clef indispensable à la maîtrise de soi et de ses capacités personnelles ; la concentration intérieure ou « attention focalisée ».

 

7.  La méditation

L'entraînement aux techniques de méditation de type mindfullness (de pleine conscience), qui constituent en de petits exercices réguliers de maintien de l'attention dans l'instant présent (sans juger, ni anticiper, ni ruminer : juste être là) et d'observation « neutre » de ses états émotionnels, a montré son efficacité dans la prévention des rechutes dépressives chez des patients ayant déjà présenté au moins trois épisodes dépressifs majeurs.

 

Développer son intelligence émotionnelle

L’intelligence émotionnelle recouvre la maîtrise de soi, l’ardeur et la persévérance et la faculté de s’inciter soi-même à l’action. Selon Solvey, elle se répartit en cinq domaines.

 

8. La connaissance de soi : le fait de pouvoir identifier ses émotions est la clé de l’intelligence émotionnelle.

 

9.  La maîtrise de ses émotions : la capacité d’adapter ses sentiments à chaque situation.

 

10. L’automotivation : le fait d’être capable de remettre à plus tard la satisfaction de ses désirs et de réprimer ses pulsions est la base de tout accomplissement.

 

11. La perception des émotions d’autrui : L’empathie constitue l’élément fondamental de l’intelligence émotionnelle.

 

12. La maîtrise des relations humaines : Savoir entretenir de bonnes relations avec les autres, c’est en grande partie savoir gérer leurs émotions.

 

13. Des outils pour améliorer sa vie

Se servir de son intelligence émotionnelle est utile dans tous les domaines de l’existence, aussi bien dans sa vie personnelle que familiale, que dans ses rapports aux autres et dans sa vie professionnelle.

 

Bonne nouvelle, soulignent les experts, il est possible de développer son intelligence émotionnelle. Pour cela, il faut travailler la prise de conscience et la maîtrise de ses émotions ainsi que la compréhension de celles des autres. Ce travail peut se faire individuellement par l’introspection et la pratique, ou avec l’aide d’une personne de confiance, un manager ou un coach. Il n’est pas forcément exigeant en termes de temps ou d’effort. Et les bénéfices sont à la fois rapides et importants, tant à titre personnel que professionnel.

Pour cela, il faut à la fois :

> Tirer parti de ses émotions comme des incitations à l’action,

> Développer les différentes composantes de son intelligence émotionnelle,

> Développer son assertivité pour améliorer son relationnel.

 

14. Retrouver le pouvoir des mots

Les mots ont le pouvoir de transformer des vies ou de les détruire. Chaque mot, évoque des sentiments différents, des émotions différentes. Les mots nous influencent, ils ont une propriété vibratoire. Ce n’est pas les mots en eux-mêmes qui ont de l’impact, mais bien la réaction émotionnelle derrière les mots. Les mots sont des symboles qui activent des boutons poussoirs en nous, selon notre sensibilité émotionnelle. Différent mots peuvent éveiller différents maux.

 

L'énorme pouvoir des mots, réside dans le sens que les mots ont pour vous. Les mots déclenchent des concepts, des idées, des souvenirs, des situations, des circonstances, et sentiments et émotions qui sont liés à votre mémoire interne. Notre degré de bonheur ou de réussite dépend des mots que l’on se dit ou que l’on s’est fait dire. Par exemple les mots positifs comme : « prospérité, amour, santé, gagnant, beau, bon, bien » ont tous une connotation positive.

 

Le pouvoir des mots est dans les paroles et les écrits. En disant tout haut ce que l’on désir, nous créons un puissant champ vibratoire qui va attirer les circonstances et les objets que l’on veut avoir si le désir derrière les mots est assez fort.  En verbalisant ce que l’on veut, nous extériorisons dans le courant vibratoire de l’univers, nos désirs les plus profonds.

 

 

 

NOTRE KIOSQUE
En ce moment
A lire aussi
RECEVEZ
NOS DERNIERS
ARTICLES EN DIRECT
REJOIGNEZ LA COMMUNAUTE DES ENTREPRENEURS :