Accueil > Airbnb : la ville de Paris durcit le ton !

Airbnb : la ville de Paris durcit le ton !

Entreprendre.fr

Les Parisiens sont les plus nombreux à proposer, à l’occasion de leurs départs en vacances, la location de leur logement aux voyageurs du monde entier sur Airbnb.

La municipalité

Si la municipalité considère que cette solution représente une offre complémentaire de celle du secteur hôtelier, elle craint aussi l'impact négatif sur le logement des Parisiens. Les règles dans la capitale sont parmi les plus strictes du pays.

 

Les Parisiens propriétaires peuvent louer leur résidence principale dans la limite de la durée cumulée de 4 mois par an, sans démarche particulière à effectuer.

 

à lire aussi

 

La sous-location sous conditions

Pour les locataires, l’autorisation du propriétaire est nécessaire à la sous-location, à l’exception notable des logements sociaux pour lesquels elle est strictement interdite.

 

Les risques pour le propriétaire

Au-delà de cette durée cumulée de 4 mois de location par an, le logement d’habitation doit faire l’objet d’une autorisation de changement d’usage (sauf cas rares prévus par la loi) : ce changement d’usage nécessite des démarches spécifiques auprès de la Ville de Paris et des mesures de compensation.

 

Contrevenir à ces règles expose le propriétaire à une amende pouvant atteindre 25 000 € par logement et une astreinte de 1 000€ par jour. La Ville a renforcé les contrôles dans ce domaine et mène quotidiennement des opérations sur le terrain, avec des inspecteurs dédiés, pour identifier et sanctionner les abus.

 

Denier avertissement avant sanction ?

Quelques mois après la mise en œuvre de la collecte de la taxe de séjour par Airbnb, et après que la capitale a accueilli plus de 5 000 hôtes lors de l’Airbnb Open en novembre dernier, la Ville de Paris et Airbnb viennent de convenir de nouvelles mesures pour des locations touristiques plus responsables.

 

Pendant 4 mois, des actions de communication commune seront effectuées à destination des hôtes susceptibles de dépasser les quatre mois autorisés pour la location de leur résidence principale, ou ceux qui sont susceptibles de louer des logements qui ne sont pas leur résidence principale.

 

Ces hébergeurs seront invités à se mettre en conformité avec la réglementation parisienne. A l'issue de ces 4 mois, une analyse des résultats,  notamment le nombre de demandes de régularisation et l’évolution du nombre de logements loués plus de 120 jours via Airbnb sera effectuée et le dispositif sera renforcé par des mesures complémentaires si nécessaire.

NOTRE KIOSQUE
En ce moment
A lire aussi
RECEVEZ
NOS DERNIERS
ARTICLES EN DIRECT
ABONNEZ-VOUS
Abonnement
25/06/2017
Domaines Paul Mas, le petit devenu grand – https://t.co/ePt1XkRRnP
25/06/2017
Les consommateurs changent : quelles conséquences ? – https://t.co/WfCZt8ERF2 https://t.co/vXBdXHKWxX
25/06/2017
Analyse de données : la ruée vers l'or – https://t.co/pScB8SrEgi
25/06/2017
Quatre chefs à l'assaut de la malbouffe – https://t.co/nagzWl3jEi https://t.co/UGsjEtKshX
25/06/2017
Pourquoi vous devez miser sur la gestion des talents – https://t.co/YfOxYhuXoH https://t.co/QtRdgoMZo6
25/06/2017
Transmission d'entreprise : les erreurs à éviter – https://t.co/hO3hDI8Nyi https://t.co/7oZlVws5CB
25/06/2017
Spark Life Contest et Make it Happen : pour promouvoir l'innovation – https://t.co/tyeknyN4zo https://t.co/qRz1MPgy5J
25/06/2017
Cuir : focus sur les jeunes créateurs – https://t.co/fF2oUQQwS6 https://t.co/gNF5qVU3cD
25/06/2017
Vin : Gérard Bertrand à l’assaut des Etats-Unis – https://t.co/pYsqRUMOZ6
25/06/2017
Gontran Dondain (château Cabezac) veut faire de son vignoble un placement attractif – https://t.co/xkyBwLXhws https://t.co/AVpv0etxSd
REJOIGNEZ LA COMMUNAUTE DES ENTREPRENEURS :