Accueil > Poux, puces, odeurs pestilentielles : les Autolib sont-elles insalubres ?

Poux, puces, odeurs pestilentielles : les Autolib sont-elles insalubres ?

P. Garnier

Depuis plusieurs mois, les Autolib parisiennes sont squattées par les SDF qui y dorment. Malgré les plaintes des clients, Autolib évite de communiquer sur le sujet.

Depuis le mois de septembre, Adrien a repris sa voiture à essence et a abandonné l’Autolib électrique qu’il empruntait chaque matin pour se rendre sur son lieu de travail.

 

« C’est simple, l’intérieur des voitures dégage la plupart du temps une odeur pestilentielle. J’ai compris pourquoi quand j’ai voulu m’installer dans la voiture que j’avais réservé. J’y ai découvert deux SDF qui y dormaient. » C’est un constat : depuis plusieurs mois, les voitures Autolib sont forcées chaque nuit et servent d’abri aux sans-domicile-fixe parisiens.

 

« J'ai arrêté Autolib après avoir attrapé des poux »

« J’ai cessé de prendre les voitures Autolib quand j’ai attrapé des poux après un trajet, explique Virginie, infirmière dans le 11eme arrondissement de Paris. J’ai demandé à Autolib de me rembourser mon abonnement, ils ont refusé en affirmant que ne j’étais qu’un cas isolé ». Odeurs nauséabondes, présence de puces et de poux : les usagers d’Autolib sont nombreux à se plaindre de l’état des Autolib.

 

Un cas isolé ? Depuis quatre semaines, la station Custine17, au pied de Montmartre fait figure de triste exemple. Toutes les nuits, les cinq voitures de la station sont fracturées puis occupées par des marginaux qui refusent d’en sortir.  Un policier du commissariat de quartier explique : « Il arrive que l’on se déplace pour leur faire évacuer les voitures mais dès qu’on tourne le dos, ça recommence. Au début, c’étaient surtout des migrants, mais maintenant les voitures servent de dortoir aux clochards du quartier. Le problème, c’est qu’ils peuvent devenir violents lorsqu’on leur demande de libérer le véhicule… »

 

Un conseiller d’Autolib qui témoigne anonymement reconnaît être assailli d’appels : « Des clients contactent chaque jour le centre d'appel pour se plaindre des véhicules squattés, des odeurs, des restes de repas sur les sièges, des poux qui grouillent sur les sièges. Depuis quelques mois, c’est devenu un fléau. La police n’intervient pas, faute de disponibilité.  Pour l'instant, la direction refuse de dédommager les clients mécontents mais le nombre de plaintes  augmente chaque jour ».

 

 

Pour information : l’abonnement annuel à Autolib est facturé 120 € par an, auxquels il faut rajouter 7 € pour 30 minutes de conduite.

NOTRE KIOSQUE
En ce moment
A lire aussi
RECEVEZ
NOS DERNIERS
ARTICLES EN DIRECT
REJOIGNEZ LA COMMUNAUTE DES ENTREPRENEURS :