Accueil > Banque : laquelle est la moins chère ?

Banque : laquelle est la moins chère ?

Entreprendre.fr

Les relations avec sa banque sont parfois houleuses. Pourtant, cette dernière est bien indispensable à votre quotidien. Garante de notre épargne, elle est un partenaire de notre vie de tous les jours. Autant dire qu’il est primordial de trouver celle qui correspond à ses attentes et ses besoins. Quelle est la banque la mieux adaptée à votre situation et surtout laquelle est la moins chère ?

En France, le taux de bancarisation est l’un des plus élevés d’Europe. En effet, près de 99% des Français disposent aujourd’hui d’au moins un compte bancaire.

 

à lire aussi

 

D’après une étude Bain&Co menée en 2010, les prix des services bancaires pris dans leur ensemble (crédit, épargne, banque au quotidien) sont plus faibles dans l’Hexagone que dans les autres pays européens comparables. Une bonne nouvelle donc. Sauf que les choses pourraient bien changer.

 

Avec la mise en place de l’accord Bâle III, en réponse à la crise financière, les banques se voient imposer une mobilisation plus massive de capitaux, qui se traduit par une hausse sensible des besoins en fonds propre. Pour rester compétitives aux yeux des investisseurs, elles doivent continuer de gagner de l’argent, et cela se répercute immanquablement sur les Français. En témoigne la généralisation des frais de tenue de compte au 1er janvier prochain. Alors, pour éviter de payer trop cher pour des services dont vous n’avez pas l’utilité, mieux vaut bien se renseigner. 

 

Quelle banque choisir ?

Pas toujours évident de trouver la banque idéale, celle qui vous correspond le mieux. Dans cette jungle des tarifs, il faut souvent faire le point sur ses besoins et son comportement bancaire pour faire ressortir le palmarès le plus juste.

 

Les banques les moins chères

De nombreux comparateurs ont vu le jour sur Internet et proposent de trouver les offres les plus attractives en fonction de votre comportement bancaire grâce à vos réponses à quelques questions.

 

En étudiant régulièrement les frais bancaires des établissements, ils réalisent des palmarès pour orienter les consommateurs. Voici donc un classement des banques les moins chères*, établi sur 3 critères principaux pour un usage standard : «la banque au quotidien» (frais de tenue de compte, cotisation carte bancaire, abonnement à l’accès à distance, retrait dans un distributeur d’une autre enseigne, à l’étranger, virements, prélèvements, chèques...), «incidents et découverts» (commission d’intervention, découvert autorisé, découvert non autorisé, rejet de chèque, de prélèvement...), et «épargne» :

 

1. Boursorama banque : 44,51 €/an ;

2. ING Direct : 56,27 €/an ;

3. Hello Bank ! : 56,94 €/an ;

4. BforBank : 57,07 €/an ;

5. Fortuneo : 57,17 €/an ;

6. Soon : 77,24 €/an ;

7. Macif : 90,52 €/an ;

8. Monabanq : 101,95 €/an ;

9. Crédit Agricole La Réunion : 130,25 €/an ;

10. Crédit Agricole Touraine Poitou : 134,06 €/an.


Dans le peloton de tête, on retrouve les banques en ligne, les plus avantageuses au niveau des tarifs pratiqués. Boursorama est la grande gagnante du classement général en proposant les frais les plus intéressants dans les rubriques «banque au quotidien» et «incidents et découverts», où elle est chaque fois en 1ère place dans ces 2 catégories, sur les 3 prises en compte dans le classement. Elle est, en revanche, en 4ème position en ce qui concerne la classe «épargne».

 

ING Direct, en 2ème place au classement général, se retrouve en 5ème position concernant la «banque au quotidien», sur la 3ème marche du podium pour les «incidents et les découverts», et loin derrière pour «l’épargne» où elle est 61ème sur les 130 banques étudiées. Concernant les grandes enseignes, elles se répartissent tout au long du classement, la Banque postale, LCL, BNP Paribas et la Société générale figurant avant la 50ème place du palmarès :

 

11. La Banque postale : 136,24 €/an ;

23. LCL/e.LCL : 150,26 €/an ;

37. BNP Paribas : 155,74 €/an ;

41. la Société Générale : 156,67 €/an ;

62. Barclays : 164,80 €/an ;

70. HSBC : 170,60 €/an ;

91. CIC : 184,60 €.

 

Les banques mutualistes

Pas évident de faire entrer les banques mutualistes dans le classement car les frais varient considérablement d’une région à l’autre. Certaines grandes enseignes, comme le Crédit agricole, la Caisse d’épargne, la Banque populaire et le Crédit Mutuel, sont implantées dans toute la France mais fonctionnent sur le principe d’un réseau régional. Cela signifie que, selon où vous habitez, vous n’êtes pas rattaché au même réseau.

 

Et chaque banque gérant les agences au niveau régional, il n’y a donc pas d’harmonisation des prix de l’enseigne, donc les frais et les offres varient. Le Crédit agricole révèle des tarifs plutôt intéressants, l’enseigne est, en effet, présente dès le début du classement à la 9ème place avec La Réunion, puis en Touraine Poitou à la 10ème place...

 

En tout, elle est présente pas moins de 18 fois dans les 50 premières banques du classement. La Caisse d’épargne est sur ses talons. Figurant dès le 14ème rang du palmarès.

 

Elle est présente 12 fois parmi les 50 premières banques du classement général, avec les meilleurs tarifs en Auvergne et Limousin (14ème), en Île-de-France (16ème), en Loire, Drôme, Ardèche (19ème). La Banque populaire n’apparaît qu’en 46ème place (Val de France), tout comme le Crédit Mutuel à la 49ème place (Massif central). Elles sont, en revanche, très représentées de la 46ème à la 120ème place avec 16 apparitions sur ce segment pour la Banque populaire, et 17 pour le Crédit Mutuel, souvent concentré en queue de peloton (15 places occupées à partir de la 84ème position au classement général), leurs tarifs ne sont donc pas des plus avantageux.

 

Si vous souhaitez ouvrir un compte dans une banque mutualiste, il faut donc vous renseigner au niveau local, et comparer avec les autres banques nationales, où ce classement peut déjà vous donner une petite idée.

 

La généralisation des frais de tenue de compte

 

Depuis le 1er janvier 2016, la facturation de frais de tenue de compte se généraliser comme le rappelle l’Institut national de la consommation (INC). Pourquoi et qu’est-ce que cela va changer ?

 

Une nécessité pour les banques

De nombreuses banques appliquent déjà des frais de tenue de compte à leur client, que ce soit pour les comptes actifs ou les comptes inactifs, et parfois même pour les deux.

 

Depuis le 1er janvier 2016, de nouvelles banques qui, jusqu’à présent ne facturaient pas ce service pour les comptes actifs, s’y mettent, c’est le cas par exemple de BNP Paribas qui annonçait récemment mettre en place cette fameuse taxe, s’élevant dans ce cas à 2,50 €/mois, soit 30 € de plus ponctionnés par an pour ses 7 millions de clients.

 

Avant elle, la Société générale avait déjà fait savoir en début d’année son intention de tarifer ses comptes à hauteur de 2 €/mois en 2016.

 

Aujourd’hui, 74% des banques font déjà payer ce service, et la tendance va s’accélérer. «Il y a 2 ans seulement, seulement 1 banque sur 2 facturait des frais de tenue de compte. En 2016, 90% d’entre elles auront sauté le pas», expose Guillaume Clavel, président de Panorabanques.com. Mais comment expliquer la généralisation de cette nouvelle mesure ? «Le banques ont beaucoup de pression sur les épaules, notamment en raison de l’accord Bâle III qui leur impose de disposer de fonds propres plus élevés.

 

Dans le même temps, elles ont plutôt gagné moins d’argent dernièrement sur les découverts avec le plafonnement des commissions d’intervention en 2014. La baisse des taux d’intérêt fait que les dépôts à vue sont beaucoup moins rémunérateurs alors que les coûts fixes de collecte, eux, n’ont pas baissé. Avec la diminution des taux d’intérêt, les clients ont renégocié leur crédit immobilier et ont fait jouer la concurrence pour disposer de conditions plus avantageuses mais moins rémunératrices pour les banques.

 

En outre, ces enseignes investissent beaucoup dans le numérique, la sécurité, dans de nouveaux services, et dans le maintien et l’amélioration de leur infrastructure. Leurs revenus sont donc en baisse. Alors pour compenser ces pertes, elles ont trouvé une parade : les frais de tenue de compte», explique l’expert.

 

Qu’est-il possible de faire ?

Comme le rappelle l’INC, la mention des frais de tenue de compte doit figurer dans l’extrait standard des tarifs (avis du Comité consultatif du secteur financier (CCSF) du 5 novembre 2013), placé en tête des plaquettes tarifaires et sur le site Internet des banques. Cet extrait standard reprend de façon harmonisée 11 rubriques tarifaires.

 

Depuis le décret n°2014-373 du 27 mars 2014 sur la dénomination commune des principaux frais et services bancaires, les frais perçus par une banque pour la gestion du compte doivent être dénommés «frais de tenue de compte» dans les brochures tarifaires. Votre banque est tenue de vous informer de tout projet de modification de la convention de compte sur un support papier ou sur un support durable 2 mois avant la date d’application envisagée (article L. 314-13 III du Code monétaire et financier).

 

Vous avez dû recevoir la nouvelle plaquette tarifaire de votre banque. Vous êtes réputé avoir accepté la modification si vous ne notifiez pas votre refus à votre banque, avant la date d’entrée en vigueur de la modification. Vous pouvez donc refuser la modification, et contester par écrit auprès de votre banque.

 

Cela pourrait être négociable avec votre conseiller financier. Si vous n’êtes pas d’accord, vous pouvez résilier votre compte bancaire sans frais, avant la date d’entrée en vigueur de la modification. Mais il n’est pas toujours évident de changer de banque, même si un service d’aide à la mobilité bancaire gratuit a été mis en place (article L. 312-1-7 du Code monétaire et financier). Demandez à la banque que vous quittez un récapitulatif des opérations automatiques et récurrentes ayant transité sur le compte au cours des 13 derniers mois.

 

Avant de changer d’établissement, vérifiez quels sont les tarifs appliqués par votre future banque aux produits et services que vous utilisez régulièrement. Pour vous aider, vous pouvez bientôt consulter le comparateur public en ligne des tarifs bancaires qui est mis en place par le Comité consultatif du secteur financier (CCSF) depuis janvier (décret n°2015-1432 du 5 novembre 2015).

 

 Banques ne facturant pas de frais de tenue de compte (Chiffres relevés en novembre 1015)
- Allianz Banque

- Banque populaire Alsace Lorraine Champagne

- Banque populaire Rives de Paris

- BforBank

- Boursorama Banque

- Caisse d’épargne Île-de-France

- Crédit agricole Centre Loire

- Crédit agricole de la Touraine et du Poitou

- Crédit agricole d’Île-de-France

- Crédit agricole Lorraine

- Crédit agricole Normandie-Seine

- Crédit agricole Provence Côte d’Azur

- Crédit agricole Pyrénées Gascogne

- Crédit Coopératif

- Fortuneo

- Groupama Banque

- Hello Bank !

- ING Direct

- L’Agence Directe

- LCL

- Monabanq

- Net Agence

- Société générale

- Société Marseillaise de Crédit SMC

- Soon

- Tookam – Crédit agricole Pyrénées Gascogne

 

 Les 10 banques aux frais de tenue de compte annuels les plus élevés
- Banque Chaix : 146,00 €
- Banque Palatine  : 76,00 €
- Banque Dupuy de Parseval : 71,60 €
- Banque Marze : 71,60 €
- Banque Martin Maurel  : 44,00 €
- BPE : 42,00 €
- Barclays Bank : 40,00 €
- Crédit Mutuel de Bretagne  : 34,80 €
- Banque populaire Massif central  : 31,80 €
- Crédit Mutuel Sud-Ouest  : 31,20 €
 
 
 
 
 
 

 

NOTRE KIOSQUE
En ce moment
A lire aussi
RECEVEZ
NOS DERNIERS
ARTICLES EN DIRECT
ABONNEZ-VOUS
Abonnement
REJOIGNEZ LA COMMUNAUTE DES ENTREPRENEURS :