Accueil > Canibal : une start-up française réinvente le recyclage

Canibal : une start-up française réinvente le recyclage

Entreprendre.fr

Combien de canettes vides, de gobelets à café sont consommés et jetés chaque jour dans les lieux publics ou sur les sites des entreprises ? À l’heure où ces dernières mettent en place des démarches RSE intégrant les préoccupations environnementales, la jeune TPE Canibal (13 salariés), créée en 2009, leur propose une solution complète pour collecter et recycler ces déchets boissons, à travers un collecteur ludique et attractif.

 

à lire aussi

 

Plus qu’un simple conteneur, cette machine pouvant accueillir des messages publicitaires a un rôle incitatif et éducatif. Elle est capable de reconnaître, compacter et trier en même temps les canettes, les gobelets et les bouteilles plastiques. L’utilisateur dépose son déchet et déclenche alors un jeu sur l’interface interactive et tactile (à la clé, des bons d’achat ou pour la plantation d’un arbre). Il est également informé en temps réel des économies de CO2 réalisées.

 

Les déchets sont acheminés auprès des industriels

Une fois récoltés et triés, les déchets sont acheminés auprès des industriels partenaires de Canibal (Constellium, APPE, ArcelorMittal, Cornec, GreenDustries...) qui les revalorisent. Les fondateurs ont investi plus de 3,5 M€ en R&D en 3 ans pour développer made in France ce collecteur inédit, fabriqué dans l’entreprise Saintronic, à Saintes. Près d’une centaine de collecteurs sont installés à ce jour, principalement dans de grands groupes (L’Oréal, SNCF, Pepsi, Johnson & Johnson, Saint Gobain, Bel, Primagaz, Vinci, Conforama, Natixis...) mais aussi, progressivement, dans des lieux publics (gares Montparnasse et Saint-Lazare, aires d’autoroute avec Autogrill).

 

Déploiement massif

«Nous avons réalisé plusieurs levées de fonds, pour un montant total de 4 M€, notamment auprès d’investisseurs privés. La BPI est entrée au capital il y a quelques mois pour accompagner notre développement. Ils participent d’ailleurs à la levée de fonds qui est en cours, à côté d’investisseurs privés», confie le multientrepreneur Benoît Paget, 42 ans, fondateur de Canibal avec Stéphane Marrapodi. La PME de Gennevilliers (92) envisage le déploiement massif de son collecteur dans tout l’Hexagone à travers 300 machines, y compris hors univers entreprises, et des unités pilotes à l’international.

 

CA : 1,5 M€ prévus en 2014 Répartition du capital : 45% fondateurs, 53% investisseurs privés, 2% BPI.

NOTRE KIOSQUE
En ce moment
A lire aussi
RECEVEZ
NOS DERNIERS
ARTICLES EN DIRECT
26/02/2017
La solution qui vous permet de tester vos produits https://t.co/QRqCntDTRP
26/02/2017
Professions médicales : les avantages de constituer une Société d'exercice libérale https://t.co/0up5tPjza3 https://t.co/4r1uvNQZhF
26/02/2017
Les bons réseaux d'Alcméon https://t.co/bzbffgpc4C
26/02/2017
Startup : LePermisLibre veut passer la seconde https://t.co/NRwIsHFMiv
26/02/2017
Et si #Chabal faisait fortune avec une #startup ? https://t.co/j8dj9TZDC9 https://t.co/I9dQFGctoN
26/02/2017
L'entreprise est-elle menacée ? https://t.co/VnKxSCtUhc https://t.co/7W4gF4sBbR
26/02/2017
Axioma invente l'agriculture de demain https://t.co/QdKzyVujH7
26/02/2017
BoostInLyon mise sur la région https://t.co/aT2X4kqqzm
26/02/2017
Start-up : le parcours sans faute de TravelerCar https://t.co/akdArRcbtx
26/02/2017
La Concierge a la réponse ! https://t.co/Tmm0Vd0NJ7 https://t.co/euAWOic5Va
ABONNEZ-VOUS
Abonnement
REJOIGNEZ LA COMMUNAUTE DES ENTREPRENEURS :