Accueil > Start-up : Chronobee invente la livraison entre particuliers

Start-up : Chronobee invente la livraison entre particuliers

Entreprendre.fr

Son idée est tout bonnement géniale : rentabiliser et optimiser les trajets perdus en mettant en relation particuliers et « abeilles » porteuses de lettres ou colis. Et sa ruche ne fait que grossir...

Comme toutes les belles histoires entrepreneuriales, celle de Chronobee est liée à un constat. Aujourd’hui, les Français passent en moyenne 50 minutes par jour dans les transports pour rejoindre leur travail. Autant de trajets « perdus », ajoutés aux déplacements professionnels ou de loisirs qu'Olfa Aouida a l'idée de rentabiliser.

 

« Il y a 3 ans, raconte-t-il, je venais d'acheter un sac à main sur Le Bon Coin et, en revenant du point de rendez-vous à l'autre bout de la ville, j'ai eu l'idée de Chronobee. » Le concept : mettre en relation des personnes se déplaçant souvent et d’autres désireuses de faire voyager leur colis. Restait à concrétiser son projet.

 

Premiers pas d'entrepreneure

 

Titulaire d'un BTS action et communication commerciale, la jeune maman de 36 ans n'a pas peur des défis. Devenue rapidement assistante commerciale puis attachée d'affaires, elle est aujourd'hui responsable commerciale pour un groupe expert en externalisation offshore.

 

« Monter son affaire comporte une part de risque, beaucoup de start-up s'effondrent. J'ai donc décidé de mener de front ma carrière commerciale et mon rôle de jeune CEO. Il est facile d’avoir deux activités même si c’est parfois mal vu. » Un choix audacieux et payant qu’elle ne regrette en rien !

 

Pour l'aider dans le développement de son projet, Olfa Aouida s'est adjoint les services d'un entrepreneur aguerri issu du secteur automobile, Toufik Nacer, d'un directeur de la technologie, Guillaume, et d'une pro des réseaux sociaux. « Par leur expérience et leur expertise, ils m'ont aidée à créer le site Chronobee.fr et à lancer le service de mise en relation entre abeilles et particuliers. »

 

Économie collaborative : la rentabilité n'exclut pas l'entraide

 

En moins d'un an, la jeune femme et son équipe élaborent un business model gagnant/gagnant. « L’idée était de faire en sorte que l'abeille gagne, au-delà de l’argent, des amis. » En effet, la mise en route du concept dévoile de multiples valeurs ajoutées, comme la rentabilisation du temps ou la diminution des coûts.

 

À cela s’ajoutent la perspective d’une nouvelle forme de renouement social, une humanisation des méthodes de livraisons traditionnelles, et l’intérêt avéré de pouvoir réduire les émissions de CO2…Car chez Chronobee, la rentabilité n’exclut pas l’entraide.

 

« Nous encourageons nos abeilles à livrer gratuitement les associations, les personnes âgées et les personnes handicapées », indique Olfa Aouida. Chaque abeille est libre de proposer le tarif qui lui permet de rentabiliser son trajet. Pour acheminer une lettre ou un colis dans Paris, il faut compter en moyenne 5 €, et 20 € pour un Paris-Marseille. Si les prix varient, ils restent cependant moins élevés que les tarifs d'une société de transport !

 

Un chatbot sur Facebook et le « dernier kilomètre » en ligne de mire

 

Au cœur d’une époque révolutionnée par l’économie collaborative, Chronobee a une vraie carte à jouer. « Aujourd'hui, nous permettons essentiellement la livraison en CtoC, mais le BtoC est demandeur. » Olfa Aouida n'exclut donc pas de s'attaquer au fameux « dernier kilomètre », véritable nerf de la guerre du e-commerce.

 

« Le process est différent, mais cela fait partie de nos projets », confie-t-elle. En attendant, l'équipe continue de développer le site et de recruter des « abeilles », toujours plus nombreuses. Désormais, un chatbot est accessible sur Facebook et sur le site pour permettre à tous d'accéder aux services proposé par Chronobee (trouver une « abeille », un colis à livrer).

 

Prochainement, la nouvelle version du site comprendra une partie « petites annonces » afin de favoriser l'entraide entre utilisateurs. Enfin, la jeune femme espère lever des fonds d'ici fin 2018 pour booster sa communication et déployer un maximum d’abeilles dans toute la France.

 

 

La petite ruche deviendra grande

Date de création : fin février 2016

Ville : Suresnes

Nombre d'abeilles : 10.000

Capital : non communiqué

Concurrence : Cocolis, Jwebi...

NOTRE KIOSQUE
En ce moment
A lire aussi
RECEVEZ
NOS DERNIERS
ARTICLES EN DIRECT
REJOIGNEZ LA COMMUNAUTE DES ENTREPRENEURS :