Accueil > Comment Lucibel veut révolutionner le secteur de l'éclairage grâce à la technologie LED

Comment Lucibel veut révolutionner le secteur de l'éclairage grâce à la technologie LED

Entreprendre.fr

"Les industriels comme Philips  réalisent des marges honteuses sur le dos du consommateur", s'emporte Frédéric Granotier, cofondateur et P-DG de Lucibel. Spécialisée dans les solutions d’éclairage nouvelle génération issues de la technologie LED, Lucibel, avec ses audacieuses innovations, compte bien révolutionner le secteur.

Ses LED pourraient bien truster 75% du marché de l’éclairage d’ici 2020 ! Ce n’est pas Frédéric Granotier, cofondateur et P-DG de Lucibel, qui dira le contraire. Depuis longtemps déjà, l’homme est conscient du potentiel de cette technologie... qui n’en est qu’à ses débuts.

 

à lire aussi

 

«15 € pièce ! Le prix des ampoules fluocompactes que l’on me proposait il y a quelques années pour équiper ma résidence principale, une fortune ! En surfant sur Internet, j’ai découvert qu’en Asie, ces produits étaient accessibles à moins de 1 $. Un scandale !», raconte l’homme fort de Lucibel. Derrière la petite histoire, une vraie success story.

 

Cofondateur avec Charles Beigbeder de Poweo

Lorsqu’il fonde Lucibel, Frédéric Granotier n’en est pas à son coup d’essai. L’entrepreneur de 46 ans a derrière lui plusieurs initiatives d’envergure et postes à responsabilité : 9 ans dans l’audit et le conseil chez Ernst & Young, DG de Self Trade (courtage boursier sur Internet, reprise par Boursorama)... et cofondateur avec Charles Beigbeder de Poweo, 1er opérateur d’énergie français indépendant concurrent d’EDF et GDF Suez.

 

«Chacune de mes initiatives répond à la volonté de combattre une injustice, en l’occurrence les privilèges accordés aux agents EDF qui ne payent que 10% de leur consommation d’électricité pour Poweo. Avec Lucibel, je combats la toute puissance des industriels comme Philips qui réalisent des marges honteuses sur le dos des consommateurs», indique-t-il.

 

En 2008, il franchit le pas et crée Lucibel, implantée à Rueil-Malmaison (92), aux côtés de Christophe Bennehard, quittant définitivement Poweo en 2009. «Je trouve incohérente cette course à la capacité de production, avec la construction de nouvelles centrales. Selon moi, la véritable solution est de travailler sur la consommation énergétique. C’est la raison pour laquelle que je me suis tourné vers la technologie LED».

 

Une ascension fulgurante

L’entreprise commercialise d’abord des ampoules fluocompactes avant de se tourner vers les LED. Un choix stratégique. «Après 8 mois, nous ne commercialisions plus ce produit, qui n’était qu’une transition vers une technologie plus propre et performante. Ces ampoules n’étaient pas viables sur le long terme.

 

Elles diffusent une lumière blafarde peu appréciée des consommateurs et, surtout, comportent du mercure et diffusent des ondes électromagnétiques», explique le P-DG. Fin 2009, Lucibel bascule donc totalement sur la technologie LED, se dote pour cela d’un laboratoire de R&D ultra-performant en Isère, composé d’une quinzaine de personnes.

 

En 4 ans, la PME a ainsi déjà déposé plus d’une trentaine de brevets. «Notre volonté est d’avoir un positionnement différenciant et qualitatif». Un centre R&D isérois... mais une usine en Chine construite en 2010, «afin de garantir cette qualité et notre valeur ajoutée sur le marché», insiste l’entrepreneur.


Une montée en puissance irresistible

Dès 2011, la montée en puissance de Lucibel s’amorce... pour ne plus s’arrêter : 5.000 €/mois de CA en 2011, 2 M€/mois aujourd’hui, pour un CA 2014 consolidé de 24,6 M€, en hausse de 14% par rapport à l’exercice précédent. 2014, une année charnière à plus d’un titre pour la PME qui a relocalisé une partie de sa production en Normandie, faisant évoluer au passage sa technologie industrielle.

 

«Nous y fabriquons les produits sur mesure et premium, la production des éléments standards restant basée en Chine». 2014 marque aussi l’introduction en Bourse de Lucibel sur Alternext Paris. Les raisons du succès ? «Nous disposons d’un véritable savoir-faire technologique. Notre force réside dans notre très grande vitesse d’exécution qui nous permet d’être réactif et de monter en puissance rapidement».

 

À la pointe de l’innovation

Pas question de se limiter à la simple production d’ampoules LED, Lucibel voit grand et loin. En mars dernier, la PME s’est associée à Schneider Electric pour créer une joint-venture, SLMS (Schneider Lucibel Managed Services), en charge de commercialiser une solution innovante dédiée au marketing émotionnel sur les points de vente basée sur la technologie Li-Fi (Light-Fidelity). Nouveau réseau de communication sans fil, la Li-Fi permet de faire passer des informations via des lampes à LED.

 

La géolocalisation, aujourd’hui possible grâce au Wi-Fi, l’est aussi via le Li-Fi. «Nous pouvons proposer la transmission d’informations par la lumière, comme pour le morse, simplifie Frédéric Granotier. Surtout, les luminaires permettent une géolocalisation encore plus précise car ils sont partout ! Ils vont permettre aux enseignes de savoir devant quel produit le consommateur s’arrête, ce qui l’intéresse réellement, et lui proposer ensuite sur son smartphone des offres adaptées alors qu’il est entré dans le magasin».

 

à lire aussi

 

L’offre est opérationnelle, les premiers contrats déjà signés, et le système en train d’être déployé.

Autre belle perspective pour Lucibel, l’accès à Internet par la lumière, toujours via la Li-Fi. «Ce système révolutionnaire va permettre de ne plus subir les ondes Wi-Fi, pour ne plus perturber le fonctionnement des appareils médicaux par exemple. Et à ma connaissance, nous sommes les seuls à disposer d’un prototype», confie fièrement le dynamique quadra, qui vise la mise en place du nouveau système à l’horizon 2017.

 

Parallèlement, Lucibel, qui commercialise ses produits dans 30 pays grâce à 7 filiales à l’étranger, regarde désormais vers le Moyen-Orient. «Cette zone est prioritaire pour notre développement, avec des pays à forte croissance et d’importants projets dans le bâtiment. D’autant que les entreprises françaises sont reconnues sur le marché de la LED, Lucibel l’étant encore plus car nous produisons nos produits. Le terrain est donc favorable».

 

La PME, qui réalise 20% de son CA à l’international, espère bien atteindre 50% d’ici 2 ans. De quoi rayonner sur tous les continents avec ces solutions d’éclairage novatrices.

 

NOTRE KIOSQUE
En ce moment
A lire aussi
RECEVEZ
NOS DERNIERS
ARTICLES EN DIRECT
REJOIGNEZ LA COMMUNAUTE DES ENTREPRENEURS :