Accueil > Comment maîtriser le budget de l'Etat ?

Comment maîtriser le budget de l'Etat ?

Entreprendre.fr

Pour l' économiste Pascal Salin, spécialiste de la théorie monétaire et de la finance publique, L’État français doit dépenser moins pour imposer moins. Interview.

La dépense publique peut-elle être maîtrisée ?

 

Pascal Salin : Entre l’État et les individus, les principales interactions se produisent au sujet des prélèvements imposés par l’État et des dépenses qu’il choisit d’effectuer. Le problème, c’est que les États ont une tendance naturelle à toujours dépenser plus. Tout simplement parce que le bénéficiaire d’un bien ou d’un service, ne sachant pas qui paie effectivement le bien en question, est reconnaissant à l’homme politique qui le lui accorde. Pour répondre à la question de la maîtrise des dépenses publiques, il faut se poser la question du rôle de l’État.

 

à lire aussi

 

Pourquoi affirmez-vous que le niveau de dépenses publiques remet en cause le consentement à l’impôt ?

 

Pascal Salin : Le consentement à l’impôt, c’est-à-dire le principe selon lequel les citoyens sont censés accepter volontairement la taxation, est à l’origine même du parlementarisme. Pour limiter le pouvoir absolu du monarque, on a décidé que l’impôt devait être consenti par la représentation nationale. Mais aujourd’hui, le consentement est un mythe, puisque l’impôt est prélevé de manière obligatoire et qu’il atteint des niveaux confiscatoires pour une partie de la population. La part des prélèvements obligatoires dans le PIB est passée de 30% en 1960 à plus de 46% en 2013. La France est l’un des pays du monde où ce taux est le plus élevé.

 

Comment peut-on réduire la fiscalité dans un contexte économique de crise ?

 

Pascal Salin : La crise actuelle est principalement causée par des problèmes de dette publique, issus d’une mauvaise gestion budgétaire des gouvernements. Dans la plupart des pays, et particulièrement en France, l’interventionnisme de l’État dans tous les secteurs de l’économie se traduit par des dépenses importantes, qui ne sont en aucune façon justifiées par ses fonctions régaliennes. Il faut que l’État ouvre des fenêtres de liberté et de responsabilité dans les domaines essentiels de l’éducation, de la santé, de la culture, des retraites et du logement.

 

 

 

NOTRE KIOSQUE
En ce moment
A lire aussi
RECEVEZ
NOS DERNIERS
ARTICLES EN DIRECT
REJOIGNEZ LA COMMUNAUTE DES ENTREPRENEURS :