Accueil > Comment négocier efficacement son salaire ?

Comment négocier efficacement son salaire ?

Entreprendre.fr

Dans des périodes difficiles, s'il est une question cruciale dans le monde du travail, c'est bien celle du salaire. Pourtant le sujet reste tabou et la négociation tourne le plus souvent à l'avantage de l'employeur. Il est donc essentiel pour tous les candidats ou salariés de connaître les clés de cet exercice délicat pour mettre toutes les chances de leur côté.

Une étude publiée par le site CareerBuilder a démontré que plus les candidats avaient d'expérience professionnelle, plus ils étaient disposés à négocier leur salaire. 55% des sondés âgés de plus 35 ans étaient prêts à négocier la première proposition de salaire contre seulement 45% des 18-34 ans.

 

à lire aussi

 

En outre, les hommes (54%) ont davantage eu tendance à négocier leur salaire que les femmes (49%). Que vous ayez de l'expérience en négociation ou non, insister pour obtenir ce que vous voulez dès le début de votre carrière aura un impact positif à long terme dans votre vie professionnelle.

 

Le salaire : une question cruciale mais difficile à aborder

Bon nombre de candidats sont pétrifiés au moment d’aborder la question du salaire en entretien. Rien de plus normal pourtant aux yeux du recruteur. A contrario, un candidat qui n’évoquerait pas cette question risquerait de paraître suspect ou trop docile à ses yeux. Pour autant, la négociation salariale n’est pas si simple à maîtriser. Voici quelques règles qui devraient vous permettre d’y voir plus clair

Avant de vous lancer dans la négociation de votre salaire, renseignez-vous sur le salaire habituellement pratiqué pour le type de poste que vous convoitez. Faites ensuite un point sur vos besoins au quotidien : votre nouveau salaire devra bien entendu les couvrir. Ainsi, vous saurez en dessous de quel revenu vous ne pouvez pas descendre.

N’oubliez pas de faire des recherches sur la situation financière de l’entreprise, sur les réorganisations récentes et sur les spécificités du secteur. Cela vous permettra de mieux comprendre la position de l’entreprise et d’anticiper d’éventuelles objections lors de la négociation salariale.

 

La rémunération s’apprécie en fonction de plusieurs critères
Elle passe d’abord par l’analyse les prix « du marché » : un Benchmark s’impose donc auprès de vos connaissances et dans les conventions collectives de votre secteur d’activité. Utilisez ensuite une grille d’auto-évaluation afin d’apprécier votre niveau de technicité, d'autonomie, votre expérience et vos compétences. Des éléments qui pourront vous permettre de cibler une fourchette plus haute et d’argumenter pendant votre entretien d’embauche. Enfin, n’hésitez pas à utiliser des outils de calculateur de rémunération pour pondérer l’ensemble. »

Ne pas en parler en premier

 

En principe, c'est le recruteur qui aborde en premier le sujet
De manière générale, il n'évoque la question qu'une fois qu'il est sûr que le profil l'intéresse. Un principe de base de négociation veut que celui qui s'exprime en premier est le plus vulnérable. En outre, vous pourriez très bien avoir la bonne surprise de vous voir proposer une rémunération au-delà de ce que vous comptiez demander. Dans un processus de recrutement, vous êtes généralement convoqué à 2, 3, voire parfois 4 entretiens. Dans ce cas, il n'est pas forcément opportun d'évoquer la question du salaire dès le premier entretien. Votre recruteur pourrait interpréter cela comme suit : le salaire est votre préoccupation première, et passe avant le contenu de la mission. Cela peut être rédhibitoire. 

Mais parfois, notamment dans le cas d'un où vous êtes contacté par un chasseur de tête, dès le coup de fil on vous demandera une "fourchette de prétention salariale". Le chasseur de tête souhaite vérifier que vous correspondez au budget de l'entreprise qui recrute. 

 

Ne parlez de votre dernier salaire que si vous étiez payé plus cher. Dans le cas contraire, vous vous dévalueriez en donnant l’impression d’être prêt à accepter une baisse de salaire. 

 

Une question de valeur ajoutée !

Combien allez-vous rapporter à votre entreprise ? Et combien allez-vous lui faire économiser ?  Voici deux paramètres de valeur ajoutée qui peuvent bien vous aider à négocier à la hausse votre rémunération. Ne les oubliez pas pendant la négociation !

 

Des pistes de négociation

- Toujours se rendre à son entretien avec un éventail de possibilités. Envisagez les alternatives non rémunérées au cas où les opportunités de négociation seraient limitées. Des formations, des avantages en nature ou des horaires souples font partie des multiples avantages possibles. L’emploi peut également offrir des perspectives d’évolution claires ou l’opportunité de renégocier votre salaire dans les trois à six mois.


- Toujours parler en termes de salaire mensuel et attention à ne pas vous tromper entre le brut et le net. Dans le cadre d’une négociation, proposez toujours une somme non arrondie supérieure à ce que vous souhaitez, 24 200 euros au lieu de 25 000 euros par exemple, afin de pousser votre interlocuteur à arrondir.


- Faire éventuellement monter les enchères en menant l’entretien de façon brillante, en vous engageant sur des résultats chiffrés et crédibles et sur votre réelle valeur ajoutée.

 

- Ne pas hésiter à faire une sorte de marché « gagnant-gagnant » au recruteur : vous acceptez un salaire plus bas que celui que vous souhaitiez, à condition qu’il soit prévu de revaloriser votre rémunération si vous obtenez des résultats supérieurs aux objectifs chiffrés. Cette approche est très appréciée pour les fonctions commerciales. 

 

Retenez que les candidats qui se révèlent durs mais justes dans la négociation inspirent toujours le respect aux recruteurs et gagnent des points. En effet, en défendant farouchement votre cause, vous montrez à votre recruteur que vous serez capable de mettre en pratique cette aptitude à votre poste et pour l’entreprise.

NOTRE KIOSQUE
En ce moment
A lire aussi
RECEVEZ
NOS DERNIERS
ARTICLES EN DIRECT
REJOIGNEZ LA COMMUNAUTE DES ENTREPRENEURS :