Accueil > Delphine Ernotte-Cunci : une vraie dirigeante à France Télévisions

Delphine Ernotte-Cunci : une vraie dirigeante à France Télévisions

Entreprendre.fr

En avril dernier, le Conseil supérieur de l'audiovisuel a nommé Delphine Ernotte Cunci à la présidence de France Télévisions pour un mandat de cinq ans à compter du 22 août 2015. La première femme à accéder à une telle fonction dans l’histoire du service audiovisuel publica fait ses preuves de dirigeante chez orange.

Originaire de Bayonne, Delphine Ernotte Cunci, 49 ans, est une dirigeante compétente, ultra connectée et discrète, qui n’imaginait pas il y a encore un an, alors qu’elle était  à la direction d’Orange, que sa candidature à la Présidence de France Télévisions, à la suite de Rémy Pflimlin,  serait non seulement retenue mais provoquerait tant de remous en 2015.


Delphine Ernotte Cunci : un parcours sans fausse note

Fille de Roger Cunci et Simone Brana, tous deux médecins, diplômée de l’École Centrale de Paris, Delphine Ernotte Cunci entre à France Télécom, en 1989, comme analyste financière. En 1990, elle épouse le comédien Marc Ernotte avec lequel elle a deux enfants.  

 

à lire aussi

 

Nommée ingénieur économiste à la recherche et développement, chargée de la planification  dans le groupe, elle dirige ensuite un réseau de boutiques Orange à Paris puis est nommée directrice générale de SDR en 2000, poste qu'elle occupe jusqu'en 2004. Jusqu’en 2006, elle est directrice régionale Centre-Val de Loire, puis en juillet 2006, nommée directrice de la communication France pour s’occuper du renouveau de l'image de marque d'Orange.

 

Ses efforts pour dynamiser le groupe sont payants puisqu’en mai 2008, elle est nommée directrice commerciale France, puis directrice « Grand public France » en 2009. À ce titre, elle devient directrice générale d'Orange Distribution, filiale d'Orange SA.

 

D’Orange à France Télévisions

En avril 2010, elle est appelée par Stéphane Richard, devenu directeur général, comme directrice générale adjointe chargée des opérations France. Elle fait donc partie des deux femmes qui siègent au comité exécutif du groupe Orange. Et c’est tout naturellement, lorsque Stéphane Richard est nommé PDG le 1er mars 2011, que la manager est nommée directrice générale d'Orange France quelques mois plus tard.

 

Sa carrière prend un tout nouveau tournant quand le 23 avril 2015, le Conseil supérieur de l'audiovisuel (CSA) la nomme à la présidence de France Télévisions pour un mandat de cinq ans à compter du 22 août 2015, ce dont la félicite immédiatement Fleur Pellerin, ministre de la Culture et de la Communication dont elle est proche (elles sont toutes deux membres du club Le Siècle). Elle est également présentée comme une amie de Najat Vallaud-Belkacem.

 

Dans son plan stratégique remis au CSA, la nouvelle présidente fixe trois priorités : « restaurer la confiance », « réinventer l'offre » et « réaffirmer le service public ». Elle prévoit le « non-remplacement des départs » et une « modération salariale » afin d'« éviter tout départ contraint ». L'une de ses premières décisions est de s'adjoindre la présence de Stéphane Sitbon-Gomez, petit-fils du journaliste Guy Sitbon, ancien conseiller et directeur de cabinet de Cécile Duflot et ancien directeur de campagne d’Eva Joly à la présidentielle.

 

Une nomination qui fait des remous

Même si elle est la première femme à occuper un tel poste, qui plus est à moins de cinquante ans, force est de constater que son arrivée provoque bien des remous. Les rédactions de France 2 et France 3 ont immédiatement dénoncé  une procédure « opaque et anti-démocratique » mise en place par le CSA pour choisir le nouveau président de la télévision publique. Le deuxième syndicat de France Télévisions a, à son tour, annoncé avoir déposé une plainte et un recours devant le Conseil d'Etat, en juin dernier. Il reproche au CSA son manque de transparence dans cette nomination.


A peine arrivée, la nouvelle dirigeante de la télévision publique a donc du pain sur la planche pour affirmer sa nouvelle politique et prouver qu’elle n’est pas que « la femme de réseaux proches du pouvoir en place » présentée par les médias.  En effet, chaque semaine, plus de 77 % des Français regardent les 6 chaînes de France Télévisions, possédant chacune leur identité propre. Une mission de service public qui demande de la rigueur, de la transparence, de la cohésion sociale et toujours plus de modernité.

 

Son combat pour les femmes

Féministe, Delphine Ernotte Cunci est engagée depuis toujours pour l'égalité professionnelle homme-femme. Au sein du groupe Orange, elle met en place en janvier 2013, le réseau Innov’Elles afin de contribuer à la valorisation et à la promotion des femmes au sein du groupe. Elle devrait œuvrer dans la même lignée au sein de France Télévisions.

NOTRE KIOSQUE
En ce moment
A lire aussi
RECEVEZ
NOS DERNIERS
ARTICLES EN DIRECT
REJOIGNEZ LA COMMUNAUTE DES ENTREPRENEURS :