Accueil > Maison connectée : Delta Dore à la conquête du monde

Maison connectée : Delta Dore à la conquête du monde

Entreprendre.fr

A l’avant-garde depuis plus de 45 ans, l’ETI bretonne (150 M€ de CA en 2017) concentre désormais tous ses efforts sur la domotique. Sa box, commercialisée à un prix inférieure à la concurrence, ouvre la voie vers la maison connectée.

En 1987, un simple coup de téléphone (fixe) permettait de piloter à distance son eau chaude et son chauffage. Si cette solution peut prêter à sourire à l’heure des smartphones et des objets connectés, en 1987, il s’agissait d’une petite prouesse. À l’origine de cette révolution technologique ? Delta Dore.

 

Trente ans après la commercialisation de son premier produit de commande à distance, l’entreprise bretonne, passée entre-temps du statut de PME locale à ETI internationale (40 pays couverts, 8 filiales), n’a rien perdu de sa dimension avant-gardiste. Domiciliée à Bonnemain (Ille-et-Vilaine), Delta Dore a été fondée en 1970 par un couple d’ingénieurs, Monique et Joël Renault, qui détiennent encore la majorité du capital de l’entreprise (70 %).

 

Leader de la maison connectée en France, la société vise désormais la première place au niveau européen. Dans un secteur dominé par des poids lourds (Hager, Legrand, Schneider Electric, Somfy), Delta Dore affiche des ambitions élevées. Permettant au public d’expérimenter le pilotage d’équipements connectés, ses « concept home » fleurissent un peu partout en France (Paris, Bordeaux, Rennes, Strasbourg) et en Europe (Barcelone, Düsseldorf).

 

Fort de leur succès, l’ETI bretonne ambitionne d’en ouvrir une cinquantaine d’ici 2022. « Elles sont un « lieu d’éducation », car nous avons constaté qu’il était difficile de communiquer autour de la domotique auprès du grand public », précise Marcel Torrents, président du directoire et gendre des fondateurs.

 

Des partenariats industriels et un savoir-faire « made in France »

 

En 2017, le chiffre d’affaires de Delta Dore atteindra 150 millions d’euros (7 M€ de résultat net). Avec un objectif à 300 millions d’ici 3-4 ans grâce à l’international (30 % du CA en 2017). « Si l’on veut se développer, le marché doit être mondial », avance le président du directoire.

 

Pour soutenir sa croissance à deux chiffres, le groupe s’appuie sur plusieurs atouts. Présent depuis une trentaine d’années dans les objets connectés, Delta Dore capitalise sur son antériorité et une expérience reconnue par les professionnels du secteur. Au fil de son histoire, cette entreprise de 840 salariés a noué de nombreux partenariats avec des industriels - Atlantic, Daikin ou Mitsubishi Electric pour le chauffage -, des distributeurs et des installateurs qualifiés.

 

Depuis que Delta Dore a basculé dans la domotique il y a 3 ans, ce réseau professionnel qui couvre presque tout le territoire est un marchepied pour la diffusion de son produit phare : la box Tydom (« ty » signifie maison en breton). Vendue 155 euros, soit deux fois moins cher que les box concurrentes, elle permet de contrôler à distance l’ensemble des objets connectés de la maison : les produits fabriqués par Delta Dore (thermostats, alarmes…) et par son réseau comprenant 120 partenaires (volets roulants, chaudières, pompes à chaleur…).

 

« Cette box permet de piloter tout notre écosystème depuis une seule interface, souligne Marcel Torrents. Delta Dore est aujourd’hui le seul à proposer ce système. Avec votre smartphone ou votre tablette, vous pouvez allumer votre télé, monter le volet roulant, faire varier l’éclairage, mettre en route le chauffage, ouvrir la porte… » La technologie de cette box bon marché, entièrement confectionnée dans des usines bretonnes, repose sur « des protocoles robustes et éprouvés ».

 

Dans un contexte où la protection des données personnelles truste le devant de la scène, la box de Delta Dore présente un autre avantage de poids. « Toutes les données de l’utilisateur restent stockées dans la maison, détaille Marcel Torrents. Elles sont protégées et n’apparaissent pas dans un cloud, il n’y a donc pas de piratage possible. »

 

En revanche, l’utilisateur peut exploiter les données récupérées par la box en les transmettant, par exemple, à son fournisseur d’électricité pour gérer sa consommation. « Nous assurons la remontée d’informations vers EDF (Delta Dore est partenaire de Sowee, une filiale d’EDF, Ndlr) avec l’accord du client afin qu’il puisse optimiser son efficacité énergétique. »

 

Une stratégie face aux Gafa

 

Combien l’entreprise vend-elle de box chaque année ? « Nous avons atteint la barre des 50 000 box dans un marché français qui avoisine les 60-65 000 », précise Marcel Torrents. Si Delta Dore fait figure de leader incontestable, le volume d’affaires de l’ETI bretonne ne se construit pas sur la vente de box, qui n’est qu’une passerelle vers l’achat d’objets connectés (volets roulants, éclairage, alarmes…).

 

Mais malgré ses 10 % du chiffre d’affaires engloutis en R&D et son « avance technologique sur les start-up et les acteurs traditionnels du secteur », dixit Marcel Torrents, Delta Dore fait figure de Lilliputien à côté des Gafa qui ont lancé les grandes manœuvres autour de la maison connectée avec leurs enceintes intelligentes (Google Home, Alexa d’Amazon).

 

Selon Stéphanie Algré, directrice France du cabinet Context, qui a publié une étude sur la « smart home », « l’interopérabilité sera un élément essentiel pour la croissance de la catégorie ». « Les distributeurs qui sauront offrir du service et aller au-delà de la fourniture du produit seront les grands gagnants de demain. »

 

Bien que défendant une approche radicalement opposée aux Gafa boulimiques de données, Delta Dore se doit d’assurer une comptabilité complète avec les enceintes des géants de la Silicon Valley. « Nous sommes connectés à Alexa et à Google Home, assure Marcel Torrents. C’est un monde nouveau qui ouvre le champ des possibles pour la domotique. On ne peut pas se permettre d’être en dehors de ces technologies. »

 

Compatible et attentif, mais bien décidé à tracer sa route de façon indépendante, Delta Dore met en avant la fiabilité de ses produits et la sécurité de son écosystème pour se différencier. « Aucune entreprise ne pourra tout faire : ce n’est pas un problème de taille mais de connaissance des marchés et de relations de proximité avec les partenaires industriels. Chez nous, les vendeurs sont capables d’aider les installateurs à mettre en place nos systèmes. Ce qui est encore loin d’être le cas chez Google. »

NOTRE KIOSQUE
En ce moment
A lire aussi
RECEVEZ
NOS DERNIERS
ARTICLES EN DIRECT
REJOIGNEZ LA COMMUNAUTE DES ENTREPRENEURS :