Accueil > Diriger son entreprise en mode start-up, c'est possible ?

Diriger son entreprise en mode start-up, c'est possible ?

Entreprendre.fr

Comment dépasser les schémas traditionnels du management en entreprise et leur donner une nouvelle jeunesse ? S'inspirer des start-ups pour manager semble être une sacrée bonne idée aujourd’hui.

 

Bousculés par la culture digitale qui révolutionne les méthodes de travail, les managers s'interrogent. Les réussites fulgurantes Google, Apple, Facebook, Amazon et d’autres géants de la nouvelle économie piquent la fierté des grandes entreprises.

 

à lire aussi

 

Empêtrées dans des organisations parfois un peu vieillottes, nombre de PME et de grosses sociétés ont besoin de sortir des projets de façon plus rapide. Les vieux modèles sont mis sur la sellette. Conscientes que le management pyramidal ne convient plus à la marche du business, les entreprises essaient de repenser leur organisation en s'inspirant des clusters et des start-ups.

 

Le monde change, les entreprises aussi

Face aux nouvelles attentes des salariés, au bouleversement du numérique, le management pour peu qu’il libère la capacité d’innovation et de collaboration des salariés peut devenir le principal avantage compétitif d’une entreprise. Oui mais, comment rester agile et renouer avec un esprit pionnier, quelle que soit sa  taille ? 

Intrapreneuriat, culture start-up, innovation ouverte, convivialité managériale, entreprises libérées… il existe mille initiatives possibles pour permettre aux entreprises de se réinventer.

 

Quelle différence entre start-up et entreprise traditionnelle ?

Insuffler l’esprit des starts-up en entreprise traditionnelle peut être une voie intéressante, à condition de bien comprendre la différence entre « start-up » et « entreprise traditionnelle ».

Plusieurs éléments caractérisent ces jeunes pousses. Tout d'abord, il suffit de traduire l'appellation pour en comprendre l'objectif principal : démarrer et grandir vite ! Et toutes les autres caractéristiques en découlent : ces sociétés opèrent plutôt dans des secteurs technologiques (internet, biotechnologie,...) ou les potentiels de croissance sont gigantesques ; pour se développer et faire face aux énormes besoins de financement (R&D, BFR, autres investissements...), elles font le plus souvent appel à des capitaux privés (les cash flow de l'activité ne suffisent pas pour faire face aux besoins de trésorerie) ; etc.

La start-up se développe généralement suivant un cycle de vie comprenant de grandes étapes : 

- l'amorçage : l'entrepreneur est au stade de l'idée. Il cherche à matérialiser son innovation et débute la construction de son projet.

- le démarrage : c'est l'étape des premiers lancements commerciaux. L'entreprise est désormais visible sur ses marchés.

- le décollage : la société est désormais bien lancée, les produits et services sont finalisés, la structure est opérationnelle.

- la consolidation : la rentabilité de l'affaire est avérée et la start-up compte parmi les leaders de son secteur.

- l'introduction en bourse : cette dernière étape est le but recherché par la majorité de ces nouveaux entrepreneurs et surtout des investisseurs participant au projet. Les moyens sont décuplés. L'aventure prend un nouveau tournant… pour devenir peut-être une entreprise... traditionnelle.

 

La voie de l’intrapreneuriat

Selon Advencia, « L’intrapreneur est le membre d’une grande entreprise qui, en accord avec elle et tout en restant salarié de son entreprise, possède un projet viable intéressant l’entreprise et qu’il peut réaliser en son sein. Il est celui qui transforme une idée en activité rentable au sein d’une organisation. »

 

L’intrapreneuriat est un néologisme qui désigne, dans le domaine du management soit le processus par lequel un ou plusieurs individus, en association avec une grande entreprise à laquelle ils appartiennent, créent une nouvelle organisation, soit l'ensemble des démarches et méthodes permettant d'introduire une gestion entrepreneuriale au sein d'une organisation.

Le concept a été défini en 1976 par l'américain Ginford Pinchot. L'intrapreneuriat est censé permettre à la grande entreprise de mieux saisir les opportunités que son inertie naturelle pourrait laisser passer.

 

L’intrapreneur fortement impliqué dans son projet, semble mieux « placé » que son entreprise et ses processus en place pour détecter des opportunités d’affaires dans l’environnement immédiat, constituer et activer des réseaux ad hoc en interne et en externe permettant de mobiliser les ressources requises, prendre des raccourcis, faire évoluer rapidement le projet, tenir les délais, et faire preuve de ténacité pour surmonter les obstacles et s’engager sans compter.

 

L’entreprise peut donc devenir, au travers de ses intrapreneurs, plus créative, plus agile et plus efficace dans l’utilisation de ses ressources… comme une start-up !

 

Ainsi, les intrapreneurs ou « intrapreneuriaux » contribuent à encourager de nouveaux comportements et attitudes et, à terme, contribuer à faire évoluer la culture d’entreprise, générer de nouveaux revenus grâce au développement de nouveaux marchés, produits, activités, et réduire les coûts en améliorant les pratiques, les processus internes et l’organisation. On pourrait presque résumer cette démarche en disant que faire de l’intrapreneuriat dans son entreprise, c’est comme créer une start-up en son sein !

 

Les forces du management d’une start-up

Selon les experts, prendre les bons côtés du management en mode start-up pour une entreprise traditionnelle revient à :

- Bannir le système hiérarchique horizontal,

- Favoriser la transversalité dans l’entreprise,

- Pratiquer la communication interactive,

- Installer l’intrapreneuriat dans ses équipes,

- Développer l’adaptation permanente,

- Travailler dans des conditions optimales (bureaux agréables, open-space, convivialité…),

- Favoriser la mobilité et le télétravail,

- Décloisonner les services.

 

Comme l’innovation est l’un des principaux moteurs de croissance actuellement, les entreprises ont tout à gagner en développant un management en mode start-up et en installant une démarche intrapreneuriale. Une sacrée opportunité pour se démarquer encore plus vite de leurs concurrents.

NOTRE KIOSQUE
En ce moment
A lire aussi
RECEVEZ
NOS DERNIERS
ARTICLES EN DIRECT
ABONNEZ-VOUS
Abonnement
17/01/2017
Armor Lux s'offre la marque Karting https://t.co/oHZvGaWEGj https://t.co/ph3za7nVSo
17/01/2017
#Infographie >> Ubérisation : quels sont les secteurs les plus impactés ? https://t.co/r7RVF7CRLi https://t.co/D6i8yiIuMw
17/01/2017
L'enceinte A d'Akoustic Arts que seul l'utilisateur entend https://t.co/VLZU2ROZXa https://t.co/A9xPBf8ZL4
17/01/2017
Un bon entrepreneur doit-il savoir vendre ? https://t.co/7a4AHGwpJG https://t.co/4NSzQms9MU
17/01/2017
Création entreprise : avez-vous le bon profil ? https://t.co/naDm914BsG https://t.co/BSFJWz8uYl
17/01/2017
Poly-Shape se dote d'une machine hybride unique en France https://t.co/tdfL9BP79v https://t.co/T0gmRH4PVh
17/01/2017
Vous êtes étudiant et vous souhaitez entreprendre : comment se faire aider https://t.co/jBIMR3UsyX https://t.co/ywpECx92WV
17/01/2017
10 millions d'interventions pour Solutions 30 https://t.co/uARmhU2bJ3 https://t.co/oP5Vn3Rguu
17/01/2017
#Infographie Quels sont les freins à l'entrepreneuriat ? https://t.co/aEmRBeOPPU https://t.co/elKi0d9S9d
17/01/2017
Prospection : comment optimiser son propre réseau ? https://t.co/xVDqLPz3ok https://t.co/zlIDRCf5HT
REJOIGNEZ LA COMMUNAUTE DES ENTREPRENEURS :