Accueil > Eurofeu et ses extincteurs made in France

Eurofeu et ses extincteurs made in France

Entreprendre.fr

Le groupe Eurofeu fabrique des extincteurs 100% français depuis 1981, produisant désormais plus de 550.000 appareils par an. C’est en 1972 que l’entreprise voit le jour, sous l’impulsion de Nicole et Michel Lahouati, aujourd’hui âgé de 70 ans, dans la petite ville de Senonches en Eure-et- Loir.

 

à lire aussi

 

Avec un réseau d’une vingtaine d’agences sur le territoire français, la filiale fabrication et distribution réalise 24 M€ de CA, dont 15% à l’export, sur les 83 M€ de CA du groupe, en hausse de 18,5%, qui a diversifié ses activités (signalisation, formation, détection, désenfumage). «L’international est incontournable pour développer notre CA et atteindre des volumes de production nous permettant d’optimiser nos coûts et transporter l’image Eurofeu à l’étranger», remarque Édouard Vancauwenberghe, responsable Export de l’enseigne.

 

Objectif : 25% à l’international

L’objectif de la filiale est d’ailleurs d’atteindre 25% à l’international dès 2014. Déjà implanté dans les DOM-TOM, en Europe de l’Ouest, au Maghreb et en Afrique, Eurofeu commence son implantation au Moyen-Orient, notamment aux Émirats arabes unis, un pays à fort développement.

 

Se développer sur un marché concurrentiel

«L’export est indispensable à toute entreprise qui souhaite garder une production en France», souligne Édouard Vancauwenberghe. Les dirigeants d’Eurofeu n’ont ainsi pas cédé aux sirènes de la délocalisation, misant au contraire sur une politique de qualité et d’innovation produit ambitieuse, prouvant qu’il est possible de se développer sur un marché concurrentiel comme celui de la sécurité incendie en maintenant la production en France. L’enseigne est ainsi devenue l’un des tout premiers acteurs sur le marché de la sécurité incendie et secours, proposant une offre complète à ses 340.000 clients à travers le monde.

NOTRE KIOSQUE
En ce moment
A lire aussi
RECEVEZ
NOS DERNIERS
ARTICLES EN DIRECT
ABONNEZ-VOUS
Abonnement
23/01/2017
Véra Baudey, la femme derrière le magazine Winner https://t.co/xZyncytXB9
23/01/2017
Comment libérer l'école française ? https://t.co/UJ605LyjM4 https://t.co/xkRcO1b959
23/01/2017
E-pub : les avantages du rich media https://t.co/2U84lyUNDQ
23/01/2017
Publicité en ligne : comment retenir l'attention des internautes ? https://t.co/fqyQE1HS8R https://t.co/9OVkNSYCo4
23/01/2017
Les 2 Marmottes, roi des tisanes made in France https://t.co/SjOTN4700i https://t.co/hzN3NxSoiR
23/01/2017
Auxivia, le verre connecté qui hydrate les seniors https://t.co/ylKbMc6LBw https://t.co/fgKcEzkBKl
23/01/2017
Back Market : la start-up qui veut en finir avec l’obsolescence programmée https://t.co/zugi1CL9ts https://t.co/xS9voTYzrw
23/01/2017
Cinq Mondes : la success story du spa à la française https://t.co/jbcv2qdccm https://t.co/9nez6DKWpn
23/01/2017
iMuze transforme la musique en algorithme https://t.co/n2K8sthwiw https://t.co/T4UmiSvYOq
23/01/2017
RT @s_larriere: Open innovation : quand les start-up et les grands groupes collaborent https://t.co/Hy8V2K2liM #Startup via @Entreprendre
REJOIGNEZ LA COMMUNAUTE DES ENTREPRENEURS :