Accueil > La Bourse est-elle accessible aux PME ?

La Bourse est-elle accessible aux PME ?

Entreprendre.fr

Caroline Weber, directrice générale de MiddleNext, la Bourse pèse lourd, trop lourd sur la vie d'une petite ou moyenne valeur.

 

Que représente MiddleNext ?

 

Caroline Weber : Créée en 1987, MiddleNext est l’association professionnelle indépendante exclusivement représentative des valeurs moyennes cotées. Elle fédère et représente exclusivement des sociétés cotées sur Euronext et Alternext, tous secteurs d’activités confondus.

 

Notre mission est de défendre les intérêts des valeurs moyennes auprès des autorités boursières, des pouvoirs publics et des instances européennes. Et nous accompagnons les dirigeants d’entreprises cotées dans l’acquisition et la maîtrise des techniques boursières essentielles à l’optimisation de leur cotation en Bourse.

 

 

La Bourse est-elle réellement accessible aux PME ?

 

On assiste depuis une dizaine d'années à une hyper complexification : normes comptables, 5 directives européennes, une régulation par exception post scandales d'où une perte de sens et une inflation généralisée des coûts de cotation. Le rapport coût-bénéfice de la cotation s'est détérioré et n'est désormais assumable que par des entreprises de taille plus importante. D'où un vrai phénomène d'éviction pour les PME.

 

Pour accéder au marché réglementé, une entreprise doit maîtriser 574 recommandations et connaître toutes les spécifications présentées dans un document d’environ 300 pages, sans compter les annexes. Aujourd’hui, les entreprises, plutôt que de s'approprier la documentation éditée par le régulateur, attendent que l'AMF leur signale les manquements…

 

 

L'introduction en Bourse est-elle encore une voie intéressante pour les PME ?

 

La Bourse reste un outil fabuleux de notoriété et un bon moyen de lever de l'argent sans avoir à le rembourser ! Mais un tel projet pèse lourd, trop lourd sur la vie d'une petite ou moyenne valeur.

 

La cotation en Bourse sur le marché réglementé implique un passage aux normes IFRS, d'où des comptes très difficiles à appréhender par le président, le conseil d'administration, les analystes financiers et les investisseurs. Et le paradoxe est que certaines sociétés cotées sur Alternext et qui ont choisi de rester en normes françaises sont mieux valorisées que leurs équivalentes du compartiment C.

NOTRE KIOSQUE
En ce moment
A lire aussi
RECEVEZ
NOS DERNIERS
ARTICLES EN DIRECT
REJOIGNEZ LA COMMUNAUTE DES ENTREPRENEURS :