Accueil > La fortune express du très discret Patrick Drahi

La fortune express du très discret Patrick Drahi

Entreprendre.fr

Longtemps inconnu du grand public, Patrick Drahi, premier actionnaire de Numericable, repreneur de SFR et de l’Express, est devenu la 14ème fortune de France. Cela ne l’empêche pas de rester l’un des grands patrons les plus discrets dans bien des domaines...

Patrick Drahi : le culte du secret
On sait peu de choses de la vie privée de Patrick Drahi. «Je ne me cache pas, je suis juste discret», explique-t-il. Il s’est marié jeune avec une Syrienne orthodoxe étudiante en médecine, avec qui il a eu quatre enfants (deux filles et deux garçons) en 3 ans, qui font leurs études à Lausanne, Bristol et Tel Aviv... la famille se réunissant tous les vendredis soir à l’occasion du shabbat.

 

Patrick Drahi vit entre Genève (où il est installé depuis ses 35 ans, dans une maison avec vue sur le lac Léman) et Tel Aviv en Israël. C’est également un collectionneur d’art et un excellent pianiste.

 

à lire aussi

 
Patrick Drahi : Finance et Telecom
X-Télécoms de formation, Patrick Drahi a plus un profil de financier que d’ingénieur. C’est pourtant dans les «tuyaux» des télécommunications qu’il a bâti son empire, à coups de LBO. Alors que tout le monde mise sur l’ADSL, il fait le pari du câble dès 2003 et se constitue un véritable empire. En France, il détient 99% des réseaux câblés. Mais il a également racheté une multitude de câblo-opérateurs au Portugal, au Benelux, en Afrique de l’Est, notamment au Kenya, aux Antilles ou en République dominicaine. 

Patrick Drahi : fortune… et optimisation
5,1 Mds€, telle est la fortune de Patrick Drahi estimée par le magazine américain Forbes, 215ème place mondiale et 14ème rang en France, devant les frères Martin et Olivier Bouygues (17ème) et juste derrière Vincent Bolloré (13ème). Un montant révélé avec l’introduction en Bourse (Amsterdam) d’Altice en janvier 2014, la holding détenant tous les actifs de télécommunications, notamment les 40% de Numericable.

 

Connu pour sa maîtrise de l’optimisation fiscale, Patrick Drahi détient plus de 74% d’Altice (société de droit luxembourgeois), à travers Next LP, immatriculée quant à elle à Guernesey. À titre personnel, loin du pavillon de Thiais (94) qui a accueilli son premier enfant, il est officiellement domicilié à Zermatt en Suisse, canton réputé pour ses forfaits fiscaux très raisonnables.

Patrick Drahi est-il toujours Français ?
Suite à un article de nos confrères de Challenge, Alexandre Marque, son avocat, a adressé au magazine une sommation juridique affirmant que Patrick Drahi avait pris la nationalité israélienne et renoncé à la nationalité française.

D’autres sources affirment qu’au moment où il a demandé la nationalité israélienne, il n’a pas fait dans les temps les démarches pour abandonner sa nationalité d’origine, et qu’il posséderait la double nationalité.
 
Patrick Drahi : 25 milliards de dettes
13,36 Mds€ pour s’offrir SFR, 7,4 pour racheter l’opérateur historique Portugal Telecom au brésilien Oi... quand Patrick Drahi fait ses courses, c’est à crédit. En avril dernier, Altice a réalisé une levée de dettes record pour financer le rachat de SFR, via l’émission d’obligations pour plus de 12 Mds€, portant son endettement à 25 Mds€, soit 4 fois sa marge brute.

Pas de quoi inquiéter Thierry Lemaître, directeur financier de Numericable- SFR, qui déclarait : «La société supporte tout à fait ce type d’endettement, il n’y a pas de péril». Comme quoi, on ne prête qu’aux riches. 

Patrick Drahi : son rival en Israel
Michaël Boukobza, qui a choisi de s’appeler aujourd’hui MichaPel Golon, a longtemps été le bras droit de Xavier Niel chez Iliad-Free. Après avoir vendu une partie de ses actions pour plus de 27 M€, il s’installe en Israël où il représente Patrick Drahi au sein du câblo-opérateur Hot.

Profitant du désistement d’un concurrent, il décroche pour un bon prix (74,3 M€) fin 2011 la 5ème licence mobile israélienne, et lance un nouvel opérateur, Golan Telecom, avec le soutien de... Xavier Niel. Patrick Drahi devra débourser deux fois plus pour décrocher la seconde licence aux enchères.

Patrick Drahi : Xavier Niel, son meilleur ennemi
Depuis 2011, les deux magnats des télécoms ne se parlent plus. L’origine de la rupture ? Un article dans un quotidien istraélien rappelant les débuts de Xavier Niel dans le Minitel rose et ses déboires judiciaires, derrière lequel certains ont vu la main de Patrick Drahi. E

t le patron d’Iliad a la rancune tenace. Lorsque, à l’été 2014, on parlait d’une opération commune sur Bouygues Telecom, Xavier Niel a éconduit tous les émissaires de son – désormais – ennemi juré. Jusqu’à quand ?

Patrick Drahi, nouveau media tycoon
Patrick Drahi a été le financier surprise de la reprise du quotidien Libération dans le feuilleton de l’été dernier, dans lequel il a injecté 14 M€. Si certains analystes y voyaient un coup à plusieurs bandes pour soutenir le rachat de SFR à Vivendi, il semble qu’aujourd’hui le patron d’Altice ait réellement l’intention d’investir dans les médias.

 

Après avoir, avec le Figaro, fait une offre pour le rachat de l’Express au belge Roularta, c’est finalement de l’ensemble des magazines français du groupe que Patrick Drahi devient propriétaire. En association avec Marc Laufer, ancien de NextRadioTV et patron du groupe d’information professionnelle NewsCo, il vient de créer un nouveau groupe, Mag&NewsCo.

En 2013, l’homme d’affaires franco-israélien avait lancé une chaîne d’information en continu israélienne, i24news, avec l’ambition de devenir une alternative à Al Jazeera dans la couverture de l’actualité au Moyen-Orient (diffusion en français, en anglais et en arabe). À la direction générale : Franck Melloul, ancien conseiller en communication de Dominique de Villepin à Matignon. La chaîne, entièrement privée, dispose d’un budget de 36 M€ par an, et se fixe pour objectif d’atteindre l’équilibre budgétaire en 4 ans.

Patrick Drahi, un généreux donateur
En avril 2014, Patrick Drahi a fait une donation personnelle de 10 M€ à l’Institut Mines-Télécom pour le développement d’une offre de formation en ligne internationale. Il participe également à un projet de soutien aux étudiants étrangers avec Télécom ParisTech, son ancienne école, et Télécom Bretagne, accordant une bourse de 9.500 € à 7 étudiants étrangers chaque année.
  

NOTRE KIOSQUE
En ce moment
A lire aussi
RECEVEZ
NOS DERNIERS
ARTICLES EN DIRECT
ABONNEZ-VOUS
Abonnement
REJOIGNEZ LA COMMUNAUTE DES ENTREPRENEURS :