Accueil > La maroquinerie Duret, survivant du cousu main

La maroquinerie Duret, survivant du cousu main

Entreprendre.fr

Elles s’exposent à New York et s’exportent à Dubaï, au Cap ou encore à Sydney. Les ceintures sur mesure de la Maison Duret en crocodile, python ou autruche, cousues à la main en fil de lin ou de soie, font figure d’exception dans l’univers de la maroquinerie.

L’entreprise

Cette petite entreprise artisanale qui compte une petite poignée de salariés va à contre-courant de ses concurrents en fabriquant en France et en refusant la fabrication standardisée de masse.

 

«Nous sommes les seuls à fabriquer de la petite maroquinerie à la main et sur mesure», explique fièrement Mickaël Benarroch, son dirigeant. C’est en reprenant en 1988 une petite cordonnerie de quartier dans le XVIème arrondissement parisien que ce chef d’entreprise jette les bases de la Maison Duret. D’emblée, il se positionne sur le luxe et, en 2006, crée la Maison Duret.

 

Sa spécialité ? «Le cousu main et la conception de ceintures, de portefeuilles et d’étuis iPad sur mesure pour des prix allant de 1.300 à 2.000 €», indique le dirigeant, qui cultive le secret sur sa stratégie et ses chiffres de vente. Affilié à aucun réseau, cet autodidacte, qui ne souhaite pas profiter d’un label, a mené seul sa barque.

 

 

Le développement

En quelques années, malgré un marché très concurrentiel, il s’est imposé aux clients fortunés, notamment à l’international. «Je n’ai aucun concurrent sur mon marché !». Toujours à contre-courant, le patron de la Maison Duret tient à une fabrication 100% «made in France».

 

C’est pourquoi il a récemment troqué son petit atelier parisien contre un site de 280 m² à Montbéliard en Franche-Comté, l’un des terreaux de la maroquinerie d’art, là où Hermès a ouvert il y a 3 ans 2 ateliers de maroquinerie.

NOTRE KIOSQUE
En ce moment
A lire aussi
RECEVEZ
NOS DERNIERS
ARTICLES EN DIRECT
REJOIGNEZ LA COMMUNAUTE DES ENTREPRENEURS :