Accueil > Le nucléaire russe, un savoir faire technologique qui s’exporte

Le nucléaire russe, un savoir faire technologique qui s'exporte

Entreprendre.fr

4e plus grand producteur d’électricité d’origine nucléaire au monde, la Russie est forte d’un complexe énergétique de pointe et d’un savoir faire qui s’exporte à l’international.

 Le dernier né du parc nucléaire russe est d’un genre particulier. Longue de 144 mètres et large de 30 mètres, l’Akademik Lomonosov, c’est son nom, est en effet la toute première centrale nucléaire thermique flottante. Sortie des chantiers navals Baltijskiy Zavod à Saint-Pétersbourg, la nouvelle centrale prendra bientôt la mer jusqu’à Pevek en Sibérie orientale.

 

Depuis son nouveau port d’attache, l’Akademik Lomonosov alimentera en électricité les régions difficiles d’accès de l’Extrême-Orient et du Grand Nord avec ses deux réacteurs de 35 mégawatts chacun. Une puissance inférieure à celle des centrales conventionnelles, mais qui est tout de même suffisante pour produire l’électricité nécessaire à une ville de 100 000 habitants. Lancée par Rosatom, le consortium d’Etat du nucléaire, l’Akademik Lomonosov devrait être la première unité d’une longue série de centrales destinées aux zones où il est coûteux d’en construire une.

 

Le 5e parc nucléaire au monde

 

Avec 35 réacteurs opérationnels le pays possède le 5e plus grand parc nucléaire au monde. D’une puissance maximale de 27 900 MW, ces centrales fournissent 11% de la consommation d’électricité en Russie. Une part que Rosatom envisage de porter entre 45 et 50% dans le mix énergétique russe d’ici 2050, et à plus de 70% d’ici la fin du siècle. Pour ce faire, le pays multiplie les projets de nouveaux réacteurs. 6 sont actuellement en construction, 26 réacteurs à eau pressurisée de troisième génération sont planifiés pour entrer en service au-delà de 2030 et 22 autres réacteurs sont actuellement au stade de projet.

 

Les pouvoirs publics russes ont investi largement dans le développement de l’énergie nucléaire pour améliorer l’infrastructure électrique du pays et diminuer la demande intérieure en hydrocarbures afin d’en exporter davantage. Créée en 2007 pour développer la filière nucléaire, Rosatom est aujourd’hui l’un des plus grands acteurs mondiaux du secteur. L’entreprise publique rassemble plus de 300 entreprises de la filière nucléaire dont les activités concernent l’ensemble de la chaîne de production, depuis l’extraction d’uranium jusqu’à la construction, à la fourniture et à la gestion des centrales.

 

La Russie, premier constructeur mondial de centrales nucléaires de dernière génération

 

Ce savoir-faire technologique attire à l’international, et la Russie est également le premier exportateur et constructeur de centrales nucléaires de dernière génération. Avec 33 réacteurs nucléaires répartis dans douze pays pour un total de 130 milliards de dollars, le carnet de commande de Rosatom ne désemplit pas. Parmi ses projets emblématiques, la mise en service de la centrale chinoise de Tianwan, fruit d’un partenariat sino-russe, la fourniture d’équipements pour la salle des turbines de la centrale El Dabaa en Egypte ou encore la construction de la première centrale nucléaire d’Ouzbékistan, dont l’entrée en service est prévue d’ici fin 2028.

 

La Russie s’appuie également sur son parc de centrales pour exporter de l’électricité vers ses pays voisins comme la Finlande, la Biélorussie et la Chine. En 2016, l’électricité nucléaire représentait ainsi 16% de la production électrique exportée, soit 2,72 TWh. Un chiffre appelé à augmenter dans les prochaines décennies avec l’extension des capacités de production russe.

NOTRE KIOSQUE
En ce moment
A lire aussi
RECEVEZ
NOS DERNIERS
ARTICLES EN DIRECT
REJOIGNEZ LA COMMUNAUTE DES ENTREPRENEURS :