Accueil > Les 10 questions interdites en entretien d'embauche

Les 10 questions interdites en entretien d'embauche

Entreprendre.fr

Durant un entretien d'embauche, l'employeur n’a pas tous les droits... et certaines questions ne doivent pas être posées.

 

L’étape de l’entretien est souvent difficile pour le candidat à l’embauche. Il faut dire que l’exercice n’est pas des plus aisés, l’objectif étant d’argumenter et de prouver ses aptitudes pour le poste en lice, tandis que le recruteur tente de cerner la personnalité du candidat, ses motivations et ses compétences, d’un oeil critique pour pouvoir juger de son adéquation ou non au poste.

 

à lire aussi

 

Si le postulant n’est pas en position de force, il n’est pas pour autant jeté dans la gueule du loup sans aucun droit ni aucune protection. Car l’entretien de recrutement est bien souvent déterminant pour la suite d’une carrière. Alors pour éviter toutes dérives, cet exercice est encadré par la loi (et notamment par l’article L. 113261 du Code du travail sur la discrimination) que le recruteur doit respecter scrupuleusement.

 

Elle impose notamment de bannir certaines thématiques n’ayant rien à voir avec la vie professionnelle ou les compétences requises.

 

- Êtes-vous célibataire ?

Sans lien avec les aptitudes des candidats, cette question privée ne doit pas aider le recruteur à arrêter son choix. Les variantes «êtes-vous mariés ?» ou «êtes-vous divorcé ? » ne sont pas non plus autorisées et ne doivent pas être tolérées par le candidat.

 

- Êtes-vous en bonne santé ?

L’employeur recherche des employés en bonne santé pour palier les risques d’absence à répétition qui pourrait avoir une influence néfaste sur son activité. Si cette question peut paraître justifiée pour des raisons pratiques, elle en reste tout à fait illégale car discriminante. Le recruteur peut demander un certificat ou un examen médical afin de déterminer si le postulant est apte ou non à exercer la fonction concernée, mais il ne peut avoir accès à aucun autre détail d’ordre médical.

 

- Êtes-vous syndiqué ?

Le fait que le candidat soit syndiqué ou non ne doit avoir aucune incidence sur les embauches et, pourtant, les patrons sont bien loin d’apprécier ces employés qu’ils perçoivent comme des fauteurs de troubles. Par cette question, le recruteur veut s’assurer que son personnel sera plus docile, évitant ainsi l’apparition de toutes sortes de revendications. Rappelons que la liberté syndicale est une liberté fondamentale et une pareille question en constitue déjà une atteinte. Vous pouvez donc refuser de répondre, ou même mentir pour éviter que cela ne vous desserve. L’employeur ne peut pas vous sanctionner plus tard ou vous licencier pour ce motif.

 

- Quelle est votre religion ?

Toutes les questions liées aux croyances ou aux pratiques religieuses sont strictement interdites en entretien d’embauche, la question de la confession n’est pas un critère de sélection lors d’un recrutement.

 

- Pour qui avez-vous voté aux dernières élections ?

Particulièrement inappropriée, cette question n’a rien à venir faire en entretien, car vos orientations politiques ne doivent en aucun cas être un frein à l’embauche, préférez donc ne pas répondre.

 

- Êtes-vous enceinte où projetez-vous d’avoir des enfants ?

Par cette question, le recruteur cherche à savoir si la candidate risque de s’absenter en raison d’un congé maternité. Cette question totalement illégale a pour effet de discriminer les femmes lors de l’embauche, alors qu’elles sont déjà sous-représentées dans la vie professionnelle. Vous avez tout à fait le droit de cacher à votre employeur actuel ou futur que vous êtes enceinte ou votre désir d’avoir des enfants.

 

- Avez-vous déjà eu affaire avec la justice ?

Pour certaines professions, un casier judiciaire vierge est nécessaire. Loin de représenter la majorité des cas, cette

question n’a pas lieu d’être en entretien pour les emplois où cette prédisposition n’est pas requise. Renseignez donc vous bien sur le poste pour savoir si un casier judiciaire vierge est nécessaire, dans le cas contraire, vous n’avez pas à répondre.

 

- De quelle origine êtes-vous ?

Souvent motivée par des préjugées, cette considération ne doit absolument pas rentrer en ligne de compte dans l’attribution d’un poste. Cette question ne doit pas avoir d’intérêt particulier pour le recruteur, pas besoin donc de divulguer des informations sur le sujet.

 

- Êtes-vous homosexuel ?

L’orientation sexuel ne doit en aucun cas influencer l’employeur dans son processus de recrutement. Si cependant ce critère oriente son choix, ce dernier se rend coupable de discrimination, ce qui est puni par la loi.

 

- Quel métier exerce votre conjoint ?

Si cette question est relativement courante dans la vie de tous les jours, que ce soit par rapport au conjoint ou aux parents, elle n’a cependant pas lieu d’être lors d’un entretien. Par cette interrogation, le recruteur tente de cerner votre catégorie sociale, ce qui n’a rien à voir avec les aptitudes requises pour le poste qu’il propose.

 

 

NOTRE KIOSQUE
En ce moment
A lire aussi
RECEVEZ
NOS DERNIERS
ARTICLES EN DIRECT
REJOIGNEZ LA COMMUNAUTE DES ENTREPRENEURS :