Accueil > Les 16 révolutions qui vont changer notre économie

Les 16 révolutions qui vont changer notre économie

Entreprendre.fr

En matière de développement des nouvelles technologies, nous n’avons probablement encore rien vu. Les progrès en cours - de la démocratisation des objets connectés aux réseaux neuronaux en passant par la réalité augmentée, l’impression 3D, la blockchain ou encore la 5G - auront atteint leur maturité d’ici 2030.

Villes, bus, voitures, maisons, smartphones, corps humain : l'hyperconnection et la symbiose entre biologique, numérique et électronique seront la norme. Grâce aux technologies NBIC, au Big Data et à l'intelligence artificielle, l'économie française va vivre une révolution copernicienne d'une ampleur inégalée.

 

 

IoT

 

L'Internet aux objets ("Internet of Things", en anglais) sera l'un des secteurs les plus porteurs d'ici 2030. Grâce à cette technologie, tous les secteurs sans exception pourront mettre à profit le nombre exponentiel de données accumulées pour faire du prédictif et anticiper.

 

En 2017, l'industrie (28,7 Mds$) figure au premier rang des dépenses au niveau mondial, suivie par l’énergie (17,50 Mds$) et la logistique-transport (17 Mds$). Mais autres secteurs comme la grande distribution ou la santé ont eux aussi franchi le pas. Mais avec un marché mondial des capteurs estimé à 154,4 Mds$ en 2020, l'IoT ne concerne pas seulement le secteur industriel et la smart city. Le grand public est lui aussi en première ligne : en 2022, 10% de la population mondiale portera des vêtements et des lunettes connectés.

 

Bientôt, des biocapteurs nous informeront en temps réel sur notre état de santé. Sur les routes, des traqueurs de verglas permettront de gérer les besoins en dessalage l’hiver. Avec une poubelle équipée de capteurs, on saura mesurer le taux de remplissage et identifier le type de déchets de façon à optimiser les tournées. Cette interaction permanente avec nos objets fera partie de notre quotidien. 25 à 50 milliards d'objets connectés seront en circulation en 2025, pour un marché qui dépassera les 2 Mds€ en France en 2022.

 

 

 Smartphone

 

Déjà omniprésent dans nos vies, le smartphone est appelé à gouverner notre environnement. Tel un majordome, il sera en mesure de réaliser de multiples tâches quotidiennes (domotique) : régler la luminosité des pièces, allumer le chauffage ou la télé avant notre arrivée, fermer les volets…

 

Tout ceci se fera automatiquement ou via une interface vocale intelligente. Enfin, le smartphone du futur sera flexible, holographique et truffé d'IA, il affichera les données en 3D et sa batterie sera quasiment illimitée. En un mot, il ne fera qu'un avec nous.

 

 

  Réalité virtuelle

 

Technologie phare de la Silicon Valley, consistant à plonger l’utilisateur dans un monde virtuel en trois dimensions, la réalité virtuelle possède un potentiel gigantesque. Cantonnée pour l'heure à son aspect ludique (jeux vidéo, cinéma), elle s'étendra bientôt à d'autres domaines.

 

Les bureaux virtuels, qui permettront aux salariés de travailler à distance, sont déjà dans les cartons. Demain, les livreurs, les chirurgiens ou les managers seront formés sur des programmes de réalité virtuelle, tandis que la projection de données deviendra la norme dans l'industrie. De leur côté, des secteurs aussi variés que le tourisme, les transports, l'évènementiel ou les réseaux sociaux disposeront d'un outil unique pour enrichir l'expérience client. Comme le dit Spielberg, la réalité virtuelle « sera au cœur de notre futur, qu’on le veuille ou non ».

 

 

5G

 

Annoncée pour 2020, la 5G se positionne en « facilitateur » de la numérisation de la société et de l’économie. Ce nouveau réseau permettra aux milliards d'objets connectés (industrie, voiture autonome, santé, smartphones…) d'interagir entre eux. Avec des débits hallucinants (jusqu'à 10 Gbit/s), la 5G permettra d’assurer la continuité et la qualité du réseau n’importe où n’importe quand.

 

Orange, Free ou Bouygues ont déjà jeté les bases de cette nouvelle infrastructure sans laquelle la « smart city » ne restera qu’une vaine promesse. En ville, les voitures, les routes, les magasins, et les citoyens interagiront en temps réel au sein d’un même écosystème grâce aux performances phénoménales de la 5G.

 

 

Intelligence artificielle

 

Deep learning, réseaux de neurones, assistants personnels… L'IA représente un marché juteux qui atteindra 11 Mds€ en 2024 au niveau mondial. Les fonctionnalités misant sur cette technologie sont donc appelées à proliférer. De plus en plus autonomes, les machines auront la capacité d'effectuer de multiples tâches.

 

De la sélection d'embryons en passant par la généralisation des voitures autonomes, les drones, la gestion d'actifs, les robots domestiques ou d'assistance aux personnes âgées, l'intelligence artificielle va se répandre dans toutes les interstices de la société. Le recrutement sera lui aussi bouleversé : les profils des candidats seront sélectionnés par les machines.

 

En 2026, 30% des audits d'entreprises seront réalisés par un algorithme. Dans le domaine médical, l'IA permettra de réaliser des diagnostics fiables en quelques secondes. D'ici 15 ans, aucun diagnostic médical ne pourra être fait sans l'intelligence artificielle. En 2016, 270 start-up françaises dédiées à l’IA ont levé près de 278 M€. La France a déjà prévu d'investir 1,5 milliard d'euros sur 10 ans dans le secteur. On comprend pourquoi : selon Accenture, le secteur fera croître la productivité française de 20% d’ici 2035.

 

 

Impression 3D

 

Emploi, alimentation, automobile, éducation, santé, architecture, joaillerie, aéronautique… Les domaines d’applications concernés par l'impression 3D sont légion. La capacité de l’imprimante tridimensionnelle de créer des objets ouvre des perspectives quasiment infinies. Sa normalisation et sa complexification vont révolutionner l’industrie (machines-outils, prototypes, pièces détachées…) et changer le quotidien des particuliers (ameublement, vêtements…).

 

Grâce à la personnalisation, il sera ainsi possible d’imprimer chez soi une montre, une paire de chaussures, une raquette de tennis, son dîner, sa maison, ses médicaments, voire à plus long terme des… organes. Les produits pouvant être imprimés au niveau local, les circuits d’acheminement et les frais seront réduits. Pour l'heure, la France a du retard (7ème parc mondial). Pourtant, pour de nombreux experts, l'imprimante 3D qui permettra à tout un chacun de produire des objets chez soi sera le moteur de la troisième révolution industrielle.

 

 

Big data

 

En 2020, 10 400 milliards de gigaoctets de données seront partagés tous les mois sur le Web. Le big data, clé de voûte de l'usine du futur qui l'associera à l'IoT (les deux secteurs sont intimement liés) pour faire de la maintenance prédictive, apportera sa contribution à de nombreux secteurs. L’industrie médicale s'en servira pour élaborer de nouveaux traitements. Dans l’humanitaire, le big data aide à gérer les conséquences des guerres et des catastrophes naturelles.

 

À terme, les services RH pourront éviter les entretiens de recrutement : l'algorithme dégotera le candidat idéal en compulsant les données le concernant. Dans le cinéma, les scénarios seront de plus en plus le fruit d'une analyse de données approfondie. Les mastodontes de l'industrie comme Airbus, Michelin, Total, Safran ou Engie détiennent déjà des entités spécialisées consacrées au big data, véritable pétrole du 21ème siècle.

 

 

Drones

 

Déjà testés par Amazon et d’autres pure players du e-commerce pour livrer des colis, les drones recèlent des centaines d'applications possibles. Si la livraison reste pour l'heure le domaine le plus mature, les drones sont à terme susceptibles de devenir des moyens de transports (Airbus réfléchit déjà au drone-voiture), des organes de surveillance (centrales nucléaires, stades, etc) ou des outils pour modéliser les villes en 3D.

 

Dans l'agriculture, les drones fourniront de précieuses informations sur l'état des cultures et remplaceront les agriculteurs dans certaines tâches. Concernant la protection civile, imaginons les services que pourront rendre ces petits engins volants en cas d'inondation, pollution, sauvetage en montagne ou en mer… L'industrie de l'armement, quant à elle, n'aura pas attendu 2030 pour s'impliquer dans le secteur.

 

 

Blockchain

 

D'abord suspecte, la blockchain (système informatique décentralisé et chiffré) est en voie de démocratisation. La plupart des grandes institutions publiques ou privées ont d'ores et déjà lancé des projets dans le domaine. Au-delà du fameux bitcoin (monnaie virtuelle), ce sont l'ensemble des intermédiaires (banques, notaires, assurances…) qui devront changer de paradigme sous la pression de la blockchain.

 

Cette dernière, qui s'apparente à un tiers de confiance automatisé, ne permettra pas seulement d'effectuer des transactions bancaires décentralisées, elle offrira la possibilité de transférer des fonds, voter aux élections, signer la promesse de vente de sa maison, signer et vérifier des contrats, authentifier et certifier des documents officiels, etc.

 

D'ici 10 ans, les "smart contracts" de la blockchain (contrats se déclenchant automatiquement sans aucune intervention humaine) seront généralisés et permettront de simplifier toutes sortes de procédures. Avec pour conséquence une baisse drastique de frais de structure. D’aucuns voient dans la blockchain un équivalent d’Airbnb pour l’hôtellerie ou d’Uber pour les taxis…

 

 

Voitures autonomes

 

Avec Tesla ou Google et les autres, la voiture semi-autonome (avec la présence d'un humain) est déjà une réalité. D’ici une dizaine d’années, ces véhicules se seront généralisés et envahiront les rues. Déjà, les constructeurs et équipementiers se rapprochent des grandes entreprises de l'électronique et de l'informatique (Bosch, Nvidia, Intel…) pour accompagner cette révolution. La voiture se transforme en objet autonome, intelligent et connecté, capable de générer et de traiter des océans de données. D'ici 2030, les véhicules autonomes ou semi-autonomes représenteront près de 15-20% du parc automobile - Uber et ses concurrents sont déjà sur les rangs.

 

La guerre entre les constructeurs historiques, qui planchent tous sur le sujet, et les nouveaux arrivants promet d'être intense - Renault envisage une première commercialisation en 2020. En outre, l'usage de la voiture aura évolué, incluant davantage de partage et une utilisation plus spécifique. En ville, les voitures autonomes pourraient réduire les accidents de… 90%.

 

 

Robotique

 

Le nombre de robots dans les usines françaises a augmenté de 22% en 2016. Décriés pour leur potentiel de destruction d'emplois, les robots joueront un rôle prédominant dans le futur. L'industrie est déjà accroc à ces "machines intelligentes" capables de réaliser de multiples tâches en autonomie. Des usines à l'agriculture en passant par les commerces, la robotisation de l'économie annonce la prochaine révolution.

 

Alors que la robotique a permis à l’industrie d’améliorer simultanément la qualité et la productivité par l’automatisation des tâches, l'avenir est à la collaboration humains-robots dans les entreprises (cobotique). Mais l'essor de la robotique n'est plus seulement cantonné à l’industrie. Grâce aux nanotechnologies, les robots se miniaturisent et investissent les habitations. BBC Research évalue le marché mondial des "machines intelligentes" à 15,3 Mds$ en 2019. Cinquième exportateur mondial de robots en valeur (209,4 M$), derrière le Japon, l’Allemagne, l’Italie et la Corée du Sud, l'Hexagone aura son mot à dire.

 

 

Stockage de l'énergie

 

Stocker de l’énergie partout et à moindre coût, tel est le pari de nombreux scientifiques et industriels. En quelques décennies, les progrès constatés dans la réduction et le stockage de l’énergie des smartphones ont ouvert le champ des possibles. À l'image des batteries lithium de la Gigafactory de Tesla dans le Nevada, les technologies du futur (les fameuses batteries dites « flow cell » à électrolytes liquides) intégreront les batteries solaires fabriquées avec des matériaux capables de stocker de l’énergie en grande quantité et d’être rechargées en un temps record.

 

À titre d'exemple, l'iPhone ou la Tesla de 2025 se rechargeront en quelques minutes. Plus de puissance, moins de stockage et des coûts moindres, les batteries du futur ont tout de la martingale pour les constructeurs (automobile, high-tech...).

 

 

Génomique

 

Décodé en 2003, le génome humain ne sera bientôt plus cantonné aux laboratoires de recherche. Dans une quinzaine d'années, n'importe quel malade pourra bénéficier d'un séquençage de son propre génome. La génomique (science de l’étude du génome) devrait modifier notre approche de la guérison des maladies et l'efficacité des traitements. Pour certains, avec la génétique des tumeurs et les nouveaux types de thérapies, le cancer sera même une maladie chronique en 2030 avec un taux de mortalité quasi nulle.

 

En 2030, modifier une partie de nos gènes pour affronter la maladie ou l'anticiper sera un acte courant. Aidés par les nanotechnologies et l’augmentation de la puissance informatique, les géants de l'industrie pharmaceutique font de notre ADN le nouvel eldorado médical.

 

 

Hyperloop

 

C'est le train du futur, celui qui va ringardiser notre sacro-saint TGV. Avec des vitesses avoisinant les 1000-1200km/h, ce moyen de transport né de l'imagination du milliardaire américain Elon Musk repose sur des capsules circulant à vitesse supersonique sur des coussins d'air dans un tube. Ces particularités lui permettraient de relier Paris à Toulouse en à peine 40 minutes ! L'hyperloop a le pouvoir de réduire les distances. Si les premiers tests ont déjà débuté aux Etats-Unis, sa commercialisation n'est prévue que pour 2030.

 

La SNCF a d'ailleurs investi des millions dans la start-up Hyperloop One, l'une des sociétés qui planchent sur ce train à très grande vitesse, tandis que la ville de Toulouse a annoncé la création d'un centre de R&D et d'une piste d'essai d'1 km de long. Avec un départ toutes les 80 secondes et 25 personnes par capsule, l'Hyperloop pourrait transporter 45 millions de passagers par an.

 

 

E-santé

 

Alors que la première transplantation de foie imprimé en 3D est prévue pour 2024, le secteur de la santé est au cœur de la révolution numérique. Outre l'impression des médicaments en 3D qui permettra une personnalisation des dosages avec moins de gaspillage, nous assisterons à l'émergence de nano-robots qui navigueront dans le corps humain afin de détecter d'éventuelles lésions. Les implants en biomatériaux permettront de réparer les fractures les plus graves via la microchirurgie.

 

Les opérations réalisées sous réalité virtuelle (chirurgie éveillée) seront monnaie courante. Sans parler de la génomique ou des nanoparticules qui aideront à mieux cibler les radiothérapies. Le développement à vitesse grand V du génie génétique, de la médecine régénérative ou des nanotechnologies peut nourrir les projections les plus folles sur l’allongement de l’espérance de vie.

 

 

Entreprise ouverte

 

À l’image des habitations, le lieu de travail sera également chamboulé par la dynamique en cours. L’entreprise de demain sera plus ouverte (les espaces de travail et de détente seront fusionnés), plus connectée avec l’extérieur avec des évènements rassemblant employés et riverains. Des immeubles mixtes (bureaux et lieux de vie) verront le jour, des écosystèmes au sein desquels cafés, commerces, ou incubateur de start-ups cohabiteront, tandis que de nombreuses sociétés renonceront à leur siège pour s’implanter dans des espaces de coworking pour faire jouer les synergies.

 

D'ici une quinzaine d'années, des hubs émergeront, rassemblant freelance, employés et entrepreneurs au sein d’un même lieu doté de toutes les commodités (restauration, sport, loisirs, etc) : véritables villes-entreprises. Des fablab qui verront différentes structures (grands groupes, start-up) fabriquer collectivement des produits deviendront également incontournables. Sous peu, les innovations des géants de la Silicon Valley en matière de bien-être au travail (salles de relaxation, aires de jeu, vélos…) seront devenues incontournables dans les entreprises françaises.

NOTRE KIOSQUE
En ce moment
A lire aussi
RECEVEZ
NOS DERNIERS
ARTICLES EN DIRECT
REJOIGNEZ LA COMMUNAUTE DES ENTREPRENEURS :