Accueil > Les Dîners Décideurs by Entreprendre / Décembre 2016

Les Dîners Décideurs by Entreprendre / Décembre 2016

Entreprendre.fr

Chaque deuxième lundi du mois, Chez Françoise, un dîner-débat avec un ou des leaders d’opinion. Ce lundi 12 décembre, ce ne sont pas un mais trois invités prestigieux qui nous ont honoré de leur présence : Rachida Dati, Ghyslaine Pierrat et Jean-Hervé Lorenzi.

Son parcours, son histoire, sa stature, font de Jean-Paul Delevoye un homme que l’on écoute. Attentivement.

C’est vrai que tout le monde s’accorde à reconnaître qu’il se passe, en ce début de siècle de grandes mutations. Qu’il ne suffit pas de proclamer le changement pour qu’il survienne, et que, sans une analyse fine des causes de ces grandes mutations, aucune prévision, aucun diagnostic n’est possible ni recevable.

 

L’ancien Président du Conseil Economique, Social et Environnemental (CESE) nous livre, dans un scénario construit et exhaustif, sa vision de cette mutation, en rappelle les causes et nous livre quelques pistes pour répondre à cette vraie question. Pas rassurant pour ceux qui ne voudront pas prendre le train en marche…

 

Les pressions du court terme empêchent de voir l’avenir.

Le présent nous tétanise car on a la perception que le futur va nous écraser. On perçoit que la grille de lecture jusque-là pratiquée : le futur est une continuité linéaire du passée, n’est plus opérationnelle. On devine même que le futur est la contestation du présent. Pire : la hiérarchie conduit vers l’immobilisme et ce sont l’innovation et la contestation qui triomphe. Malheureusement la France ne semble pas prendre ce train-là…

 

Plus généralement les démocraties reculent, et, à contrario, les régimes forts progressent, rendant le monde illisible et anxiogène.  L’absence de leaders se fait cruellement sentir et ce ne sont pas les managers qui peuvent s’y substituer. Pour Jean-Paul Delevoye, les managers gèrent les problèmes, les leaders donnent envie. Martin Luther King dit : j’ai fait un rêve, nos gouvernants disent : j’ai un plan, ce n’est pas du tout la même chanson !

 

Et rien ne change : la droite s’occupe des gagnants, la gauche des perdants. Simplificateur mais réaliste.  Et le vrai changement, c’est que, si jusqu’à ces dernières années, l’avenir paraissait prometteur, aujourd’hui ce n’est plus le cas. La peur alimente le clivage entre les partis républicains qui surfent sur un champ d’espérance qui diminue, alors que les partis populistes sont sur le champ des peurs qui augmentent.

 

On accepte un quotidien difficile contre la promesse d’un avenir radieux, mais ce schéma n’est plus crédible aujourd’hui. A la domination par le pouvoir et le titre se substitue celle du savoir et de l’exemplarité. C’est une vraie remise en cause des modes de fonctionnement des groupes humains, qu’ils s’agissent de ceux des communautés, des entreprises ou de toute autre organisation.

 

D’autres mutations corroborent la thèse de la métamorphose : Le numérique ne connait  pas les frontières, ce qui implique très clairement que la gestion des territoires n’est plus la première préoccupation des dirigeants et qu’il faut mettre de nouveaux moyens en œuvre pour attirer les capitaux et les intelligences.  Fini (on l’espère !) l’ultra Keynésianisme des élites de gauche qui croyaient qu’injecter de l’argent rétablissait la croissance.

 

L’information et la communication étant immédiates et globales, la rumeur est plus forte que la vérité. Des exemples récents le démontrent, les rumeurs sur Vinci ont fait chuter le cours de bourse, on ne se vaccine plus autant en France : toujours la rumeur. Elle est plus forte que la vérité.

 

On vit dans une démocratie d’émotion ce qui induit une très forte volatilité de l’opinion et, logiquement, une perte de confiance dans les élites et ceci ne s’arrangera pas, la communication virale s’amplifiant considérablement.

Jean-Paul Delevoye cite sur ce point Klaus Schwab, l’organisateur de Davos : la population mondiale connectée (aujourd’hui 50 %) passera à 90 % en 2025, 50 % des transactions financières sont numériques. Ce sont là les vrais facteurs de la métamorphose que l’on vit.

 

Les pistes d’espoir : On peut passer d’une société de la performance à celle de l’épanouissement, la prise en compte du bien-être progresse dans les entreprises. L’objectif peut être de ne pas gagner plus, mais d’être mieux. Mieux dans « sa boite » (Sophie de Menthon nous en parlera lors du Dîner Décideurs de janvier !), mieux avec ses amis, mieux dans sa famille.

Jean-Paul Delevoye nous rappelle, non sans humour, que ses amis Canadiens se disent le lundi matin « Enjoy » et que nous nous gratifions d’un « Bon courage » significatif !

 

Quelques conseils de bon sens en guise de conclusion.  

Vous l’aurez compris, pour l’ancien Président du CESE, on échappera pas à cette métamorphose, alors, autant, comme au judo, en accompagner le mouvement et se servir de sa force : accepter d’être remis en cause, « c’est la contestation qui fait avancer »,  savoir s’arrêter, ne plus faire qu’une chose à la fois face à la submersion d’activités que nous impose l’hyper-communication, ne pas confondre danger et risque, (Ah ! ce terrible principe de précaution, quelle désespérance pour la France !) garder confiance en soi.

 

C’est le meilleur chemin pour retrouver l’estime de soi sans laquelle il n’y a plus d’espérance. Ce pourrait être une remarquable formulation de vœux pour cette nouvelle année où… le changement sera là… Je vous livre une des conclusions de Jean-Paul Delevoye : Quelle est la différence entre un « sage » et un homme intelligent ? L’homme intelligent sait régler un problème. Le sage sait l’éviter…. Que croyez-vous qu’il soit ?

 

 

Hervé & Laurence Lassalas

Président et Vice-présidente de Pluriclub

 

Comment participer aux Dîners Décideurs avec Entreprendre organisés par Pluriclub ?

S’inscrire par mail sur herve.lassalas@gmail.com - www.pluriclub.wordpress.com 

 

Prochains Dîners Décideurs tous les deuxièmes lundis du mois de 20h à 22h30

«Chez Françoise» sous l’aérogare des Invalides (Paris 7ème) :


16 janvier : Sophie de Menthon, Présidente d’ETHIC

13 février : Gilles Babinet, Digital champion de la France auprès de la Commission européenne

13 mars : David Layani, Président fondateur de Onepoint.

10 Avril : Jean-Claude Volot, Président de Dedienne Aérospace

NOTRE KIOSQUE
En ce moment
A lire aussi
RECEVEZ
NOS DERNIERS
ARTICLES EN DIRECT
ABONNEZ-VOUS
Abonnement
29/06/2017
[#Mixité] Femmes : l'ambition n'est pas l'apanage des hommes ! https://t.co/i8GAtJ2u1l #égalité https://t.co/yla3z615Ut
29/06/2017
Levée de fonds : Frichti remet le couvert – https://t.co/uBPbKb6ZdJ https://t.co/HQWaCeVAFQ
29/06/2017
Kedge Business School assume son cursus généraliste – https://t.co/wCfsKfV8K5 https://t.co/CayWcfiUrF
29/06/2017
Dirigeants d'entreprise : contrôlez les comptes pour mieux maîtriser les charges – https://t.co/DUuKzNTEZB https://t.co/jZJI8dXGRW
29/06/2017
Whyers met ses Advisors au service des chefs d'entreprise – https://t.co/JfuyuYlai7 https://t.co/hbvOaIKGzt
29/06/2017
Vietnam : de belles opportunités pour les PME tricolores – https://t.co/LLhVsXW4Vj https://t.co/BC6eI4J0ve
29/06/2017
Changer de #travail ou de métier : voici quelques précautions à prendre https://t.co/hLENj0vRwn https://t.co/NNcVDPdZFj
29/06/2017
FABRIQUER EN FRANCE? Jean Noel Médus, Pdg d' UN TOIT POUR TOI ( Entrepre... https://t.co/XF9e0JUDfr
29/06/2017
Offensives européennes pour Wonderbox – https://t.co/T5Rt4gEJed https://t.co/5UxnIDfgmc
29/06/2017
Blue Frog Robotics invente Buddy, le robot de demain – https://t.co/7Tj4ga55lJ https://t.co/NmbdFK6sH7
REJOIGNEZ LA COMMUNAUTE DES ENTREPRENEURS :