Accueil > Les équipes de François Fillon se sont appuyées sur la start-up Bloom pour conquérir les réseaux sociaux

Les équipes de François Fillon se sont appuyées sur la start-up Bloom pour conquérir les réseaux sociaux

Ignacio Morales

Alors que les sondages pariaient peu sur François Fillon dans la course aux primaires de droite, ses équipes ont fait appel à une jeune start-up française, Bloom, pour analyser les conversations sur les réseaux sociaux et établir une stratégie de reconquête. Avec le succès que l’on connaît. Explications de Bruno Breton, fondateur et dirigeant de Bloom.

 Entreprendre : Vous avez participé aux cotés de l’équipe de campagne de François Fillon à la mobilisation des internautes pour conquérir des voix grâce votre plateforme Bloom, une technologie d’exploration des réseaux sociaux inédite sur le marché.

 

Bruno Breton : En effet. Bloom est une plateforme d’intelligence économique et politique qui analyse, sur la base d’algorithmes très agiles, les opinions, les émotions primaires et les influences en présence sur les réseaux sociaux. Nous l’avons mise à la disposition des équipes de François Fillon afin d‘identifier les atouts du candidat, l’impact de ses propositions, et les meilleurs moyens de gagner du terrain sur les réseaux.

 

Avant toutes choses, je tiens à préciser que l’analyse des réseaux sociaux telle qu’elle est permise par Bloom n’a pas de vocation prédictive : elle ne permet ni ne prétend aucunement à établir des projections d’opinion. Il s’agit d’un outil complémentaire aux instruments d’opinion existants, pour appréhender finement la réalité numérique des échanges et des comportements, et dégager des stratégies adaptées à l’état digital du monde.

 

La conquête des réseaux sociaux ne peut fonctionner que si elle se construit sous forme de dialogue - ce qu’intègre précisément Bloom. Dans le social media, il est impensable de convaincre par un simple message militant. Les internautes sont très sensibles au respect qu’on leur témoigne : le numérique a inauguré une nouvelle forme de démocratie participative et exigeante qui impose de construire progressivement des relations individuelles.

 

Avec les équipes de François Fillon, nous avons donc distingué les communautés prioritaires à convaincre et les angles à adopter pour tenter de rallier les internautes étape par étape à ses idées.

 

Il faut souligner que François Fillon est très bien entouré : son team digital est très performant, et surtout son directeur adjoint de campagne Pierre Danon, qui est un grand patron, ose l’innovation avec beaucoup de ténacité. Nous avons notamment travaillé étroitement avec Gautier Guignard qui anime toute la stratégie social media de François Fillon cette collaboration a été fondamentale.

 

 

 Quelles ont été les différentes étapes de votre process d’analyse des données politiques et sociales dans les réseaux sociaux concernant la campagne de François Fillon ?

 

Nous avons d’abord formalisé la stratégie et les objectifs de conquête avec l’équipe de campagne digitale de l’ancien Premier Ministre. Ensuite, il y a eu trois grandes étapes :

 

Premièrement, nous avons lancé l’exploration des réseaux sociaux autour de la thématique générale des « primaires » sans mots-clés prédéfinis, au contraire des plateformes traditionnelles. A ce stade, des algorithmes puissants nous renseignent sur tous les échanges explicites ou implicites à ce sujet entre les internautes. Sur cette base, Bloom construit des graphes qui synthétisent tous les contenus associés aux échanges et les dynamiques de propagation entre les réseaux sociaux et les médias. Ces graphes révèlent en un coup d’œil tous les acteurs impliqués dans les débats sous forme de communautés, par thématiques, par comportements, et leurs interrelations – à la différence des plateformes classiques qui ne présentent que des données fragmentées. On y distingue aussitôt de façon très visuelle les réseaux d’influence et les « influenceurs » dont la parole entraîne celle des autres, ainsi que ceux que nous appelons les « connecteurs », qui jouent un rôle fondamental de circulation de l’information entre les communautés.

 

La deuxième étape cible plus précisément les débats thématiques : un déploiement d’algorithmes révèle, pour chaque sujet, la position des internautes. Cela permet d’identifier les groupes de militants soutenant chaque candidat, ou les internautes non militants qui parlent de la thématique. Mais surtout, et c’est essentiel, nous détectons la communauté des indécis, de plus en plus importante et fluctuante à chaque élection. C’est ce que nous appelons une « Meta communauté ».

 

La troisième étape du processus, c’est l’analyse des émotions : Bloom est la seule plateforme technologique capable d’identifier et de décrypter à un tel degré les émotions exprimées par les internautes, ce qui nous a permis d’aller encore plus loin dans le cadre de cette campagne.

 

 

 C’est à dire ? Comment fonctionne cette analyse des émotions sur les réseaux sociaux, et qu’apporte-t’elle dans le cadre d’une campagne comme celle des primaires ?

 

Un groupe d’algorithmes identifie les réactions émotionnelles dégagées par les internautes (la joie, la confiance, la colère, la tristesse, la déception,...) pour comprendre leur sensibilité sur les thématiques du projet du candidat. Cela permet en aval non pas d’éviter les sujets qui fâchent, mais de cibler ce qu’il faut mieux expliquer, et de mobiliser les angles qui génèrent de l’enthousiasme. Cette approche sensible est fondamentale, notamment pour promouvoir les idées nouvelles.

 

Nous obtenons donc au final une vision stratégique opérationnelle – une véritable carte, de toutes les conversations publiques en présence, de la position et de la sensibilité des internautes par communauté, et des réseaux et leviers de communication à activer pour atteindre chacun d’entre eux, ou comprendre l’effet réel dans les réseaux d’une idée, d’un discours, d’un propos ou d’une interview.

 

Ce mode d’exploitation des données demande une grande puissance de calcul, car il s’agit non seulement de comprendre l’état des positions et des émotions en présence, mais surtout d’offrir un outil stratégique de décisions opérationnelles : sur la base de ces analyses très fines, nous avons élaboré avec Pierre Danon et ses équipes des stratégies actives de conquête des réseaux sociaux. Nous avons ensuite mis en place un process souple et agile en coordination avec Gautier Guignard.

 

 

 Avez-vous analysé l’impact des candidats sur les réseaux sociaux lors des trois grands débats ?

 

Oui, et c’était une matière passionnante, car il y a eu des millions de données échangées entre les internautes.

Nous avons analysé pour chaque candidat l’impact de son discours, l’évolution des positions tout au long du débat en fonction des sujets et les émotions dégagées par thématique et par candidat.

 

Il a ainsi été possible de tirer des conclusions sur la personnalité la plus convaincante, qui génère le plus d’enthousiasme, et à l’inverse sur les candidats suscitant peu d’attractivité. Ce n’est pas binaire : nous détectons pour un même candidat des moments d’enthousiasme et des phases de déception, voire de colère – ce qui nous permet en aval d’ajuster les messages et modes de communication en fonction des facteurs d’adhésion ou de rejet. Pour une compétition de ce type, il est capital de disposer d’outils qui permettent de tirer des enseignements très ciblés, en permanence.

 

 

Quelles conclusions en avez-vous tiré pour François Fillon?

 

Dés le premier débat, nous avons vu que François Fillon réalisait des scores d’attractivité bien supérieurs à ce que disaient les sondages. Après Nicolas Sarkozy, il était le candidat qui générait le plus d'activité avec des taux de confiance des internautes sans cesse en progression, de 70 % à plus de 90% entre le premier débat et le troisième. Nous avons pu précisément savoir ce qui était le plus apprécié : sa vision de la politique étrangère, sa stature de chef d’état, son calme, la clarté de ses propos… Et enfin, axe très important, François Fillon n’apparaissait pas comme conflictuel. Je pense que cela a beaucoup compté auprès des Français décidés à aller voter aux primaires : choisir un candidat incontestable et sûr dans la durée.

 

 

Et pour les autres candidats ?

 

Nous avons aussi identifié qu’Alain Juppé était systématiquement en retrait derrière François Fillon en termes d’attractivité. Et que l’écart n’a cessé de croître de débat en débat. Bruno Lemaire était très bas dans les réactions des internautes, il générait peu d’aspérités. En revanche Nathalie Kosciusko-Morizet à été en progression constante et a, notamment, très bien réussi le dernier débat avec un pic de réactions positives et amusées autour de la phrase « S’il faut maintenant se faire injurier pour prendre la parole », qui a connu un gros succès sur les réseaux.

 

 

 Au delà de l’analyse politique, Bloom est aussi particulièrement opérationnel pour les nouvelles stratégies marketing ou de communication…

 

Oui, c’est même le coeur de notre développement. Bloom est une plateforme d’intelligence marketing avant d’être une plateforme d’intelligence économique et politique.

Notre puissante compréhension des réseaux sociaux nous permet d’accompagner les marques pour identifier des cibles de consommateurs à haute valeur stratégique, de déployer des réseaux d’influence par marché et par communauté, d’optimiser l’efficacité des campagnes de communication ou de lancer et tester des idées, des créations, des contenus, des campagnes publicitaires, quelle qu’en soit la forme. Bloom est également un magnifique outil de gestion de la réputation et des influences, notamment en situation de crises.

 

 

  Bruno Breton est fondateur et dirigeant de Digital Partners, opérateur de Bloom. Il est par ailleurs secrétaire national en charge du numérique du parti Les Républicains.

 

Plateforme d’intelligence marketing, économique et politique, Bloom analyse et décrypte avec une acuité inédite les échanges en jeu sur les réseaux sociaux et les médias, pour des recommandations et déploiements stratégiques à haute valeur ajoutée.

 

Opérée par Digital Partners, Bloom est née de la rencontre entre Alexander Polonsky chercheur en mathématiques, spécialiste en neurosciences et bio informatique (MIT, Université de Stanford, Institut Pasteur, EPFL) et Bruno Breton, spécialiste du digital, des médias et du marketing (Publicis, Club Internet, Bolloré Média) et Directeur Général du Social Media lab de l’EPFL.

 

Ensemble, ils ont travaillé à l’élaboration de la plateforme « Horizon » lors de la conférence internationale de la COP21, dédiée à l’analyse des réseaux sociaux entre les acteurs de la conférence et labellisée avec succès par le gouvernement français. Cette plateforme a suivi et décrypté chaque jour les négociations internationales, les positions, les rapports de forces de chaque communauté afin d’anticiper les grandes tendances des débats.

 

A l’issu de ce projet, ils ont décidé de développer une plateforme d’intelligence marketing, économique et politique puissante appelée Bloom, qui se nourrit de l’exploration des réseaux sociaux et des médias grâce à la conception d’algorithmes inédits et très agiles. Des chercheurs et des ingénieurs américains, russes, français et polonais travaillent étroitement pour améliorer sans cesse les process de calcul et la qualité des analyses social media au services des marques et des dirigeants.

NOTRE KIOSQUE
En ce moment
A lire aussi
RECEVEZ
NOS DERNIERS
ARTICLES EN DIRECT
22/02/2017
Travail : quelles bonnes résolutions pour bien démarrer l'année ? https://t.co/aIlmImVzuE https://t.co/SZISJfqwCc
22/02/2017
RT @MBandScott_: #Startup 10 astuces pour une levée de fonds réussie https://t.co/EGUjPwZnma https://t.co/uu6VBvNKLr
22/02/2017
Zara : comment Amancio Ortega Gaona est devenu le roi du monde https://t.co/XIvL87ORaL https://t.co/LA3r0xfhjA
22/02/2017
#Justice Le fils des #Balkany est en prison https://t.co/nVLAE8lEsC https://t.co/zdf1OdSIkB
22/02/2017
Digital detox : cette start-up vous aide à déconnecter https://t.co/VscD5i37FW https://t.co/TgvY54p6Y5
22/02/2017
[Infographie] La communication du futur https://t.co/PU9oNwlGXp https://t.co/KL5uPBWqh5
22/02/2017
Les 20 start-up françaises qui ont le plus accéléré en 2016 https://t.co/H4LxoUqyRJ https://t.co/9iZ3Iu2FFd
22/02/2017
La fabuleuse histoire des techniques de vente au travers des siècles https://t.co/QgpbX1Lrz2 https://t.co/ekk9Gy8Sy6
22/02/2017
Emploi : les 7 métiers en or de 2017 https://t.co/6wFb65QqaZ https://t.co/1tHy1fQ9BF
22/02/2017
Quelles sont les 8 technologies à suivre de près d'ici 2020 ? https://t.co/7CHFC2M3du https://t.co/9EdVhX98xK
ABONNEZ-VOUS
Abonnement
REJOIGNEZ LA COMMUNAUTE DES ENTREPRENEURS :