Accueil > Les indiscrets de Robert Lafont - Mai 2017

Les indiscrets de Robert Lafont - Mai 2017

Entreprendre.fr

Attentat du Champs-Élysées – 21 AVRIL 2017

 

Ce soir-là, j’étais au restaurant rue Quentin Bauchard. Aux Champs-Élysées, là où un terroriste abat un policier… Une fois à l’intérieur, le chef de rang boucle l’établissement. Tout le monde garde son calme. On ne sait pas si c’est un braquage ou autre chose. On réfléchit, mais des vols à 21h, c’est peu fréquent. À côté de nous, un groupe d’Anglais pas rassuré, la serveuse nous demande de ramper au fond du restaurant, on sent que cela chauffe. Des gendarmes, mitraillettes en bandoulière défilent devant. On ne fait plus rentrer personne. Tout peut basculer en 1 seconde. Un deuxième terroriste est recherché. Chacun fataliste garde son calme. Les serveuses sont sereines. On a l’impression qu’elles ont déjà vécu cela… Vers 22h, bizarrement, on nous fait sortir. Le cauchemar va-t-il prendre fin ? Je reprends ma voiture devant une horde de motards et de  journalistes. Je suis passé à côté d’un cauchemar. La vie a vraiment beaucoup d’importance… C’est quand on peut la perde qu’on est le mesure le plus.

Le soir, les candidats font bonnes figure (Hollande, blafard, parle pour exister. C’est presque sa dernière déclaration de président. Il ne dit rien. L’essentiel n’est pas là, on le voit. Finalement, le plus important c’est la qualification de Lyon en UEFA. On s’en souviendra.

 

Ce soir-là, j’étais au restaurant rue Quentin Bauchard – 21 AVRIL 2017

 

Ce soir-là, j’étais au restaurant rue Quentin Bauchard. Aux Champs-Élysées, là où un terroriste abat un policier… Une fois à l’intérieur, le chef de rang de l’établissement nous prévient. Tout le monde garde son calme. On ne sait pas si c’est un braquage ou autre chose. On réfléchit, mais des voles à 21h, c’est peut fréquents. À côté de nous, un groupe d’Anglais n’est pas rassuré. Le serveuse nous demande de ramper au fond du restaurant on sent que cela chauffe. Des gendarmes mitraillettes en bandoulière défilent devant l’établissement. On ne fait rentrer personnes. Tout peut basculer en 1 seconde. Un deuxième terroriste est recherché. Chacun fataliste garde son calme. Les serveuses sont parfaites. On a l’impression qu’elles ont déjà vécu cela… Vers 22h, bizarrement, on nous fait sortir. Le drame va-t-il prendre fin ? Je reprends ma voiture devant une horde de motard et de  journalistes. Je suis passé à côté d’un cauchemar. La vie a vraiment beaucoup d’importance… C’est quand on peut la perde qu’on prend conscience de sa valeur. Le soir, les candidats font leur sortie médiatique habituelle? Hollande, blafard, parle pour exister. C’est presque sa dernière déclaration de président. Il ne dit rien. L’essentiel n’est pas là, on le voit. Finalement, le plus important c’est la qualification de Lyon en UEFA. On s’en souviendra.

 

Entreprendre chaque jeudi sur Sud Radio : quand vous êtes petits, faites un partenariat – 27 AVRIL 2017

 

Formidable initiative de la part de la nouvelle radio de l’info qui monte, Sud Radio, dirigée de main de maître par l’outsider des médias, Didier Maisto… Tous les jeudis à 12h30, une radio généraliste s’ouvre aux entrepreneurs et à l’esprit d’entreprendre. Retrouvez-moi dans l’émission de la sémillante Véronique Jacquier « Service compris », je réponds en direct aux auditeurs qui veulent entreprendre. Et ça déménage !

 

Evian s’associe à Kusmi Tea : quand vous êtes petits, faites un partenariat – 26 AVRIL 2017

 

La formule est de Jacques Servier, pas un grand moraliste (co-responsable du scandale que l’on sait, le Mediator), que j’avais interrogé à Neuilly avant que le scandale ne sorte…Cette phrase résonne avec l’accord de notre ami Sylvain Orebi, patron fondateur de Kusmi Tea, qui avec son frère Claude est en train d’écrire l’une des plus belles histoires récentes de la distribution tricolore. Relancée en 20013, l’enseigne de 150 ans, devenue N°1 du thé premium (88M€ de CA en croissance de 22%), devrait atteindre 120 boutiques dont un tiers en France. Et ce n’est pas fini. Le fringant Sylvain annonce, la coupe aux lèvres, un accord géant avec Evian-Volvic et sa présidente Véronique Penchienati, pour lancer une boisson aromatisée au thé « Evian Kusmi » dont la planète semble assoiffée. Starbuck vient de racheter Teavana. Ayant connu Sylvain sur les bancs de l’école, lycéen; il voulait devenir champion de tennis. C’est en train de se faire tellement il monte au filet … Vous êtes trop petits pour la planète pour la conquérir, imaginez des partenariats avec des géants … Michel & Augustin ne s’est-il pas allié à Kering pour retrouver ses biscuits en exclusivité exclusif dans tous les cafés Starbucks.

 

Faire de la Guyane un paradis fiscal – 4 AVRIL 2017

 

Pour nos outre-mer « on a tout essayé », Comme dirait Mitterrand. Tout essayer sauf ce qui marche ? Pourquoi, ne pas profiter de ces formidables enclaves de la France aux 4 coins de la planète pour en faire une vitrine du développement et de l’essor économique en faisant un véritable petit paradis fiscal pour investir et entreprendre. Des terres de France qui attireraient entrepreneurs, chercheurs ou investisseurs…, véritables laboratoires du made in France d’avenir. L’idée est lancée… car pour l’instant c’est un peu l’inverse qui se produit.

Rendez-vous compte : L’effort financier consacré par l’État aux DROM-TOM dépasse 16,6 milliards d’euros » et la Guyane en perçoit 2 milliards. En ajoutant le coût des niches fiscales, les dépenses de l’État en faveur des territoires dépassent les 20 milliards d’euros. L’objectif de ces crédits ? « Contribuer au développement économique et social des départements et collectivités ultramarins et au rapprochement des conditions de vie de leurs habitants avec celles des habitants de métropole », est-il expliqué dans l’annexe budgétaire. Plus précisément, les crédits concernent la lutte contre le chômage et « la vie chère », l’amélioration de la compétitivité des entreprises ou encore l’amélioration des conditions de vie des habitants. Des mots. Un seul mot : « paradis fiscal ».

 

L’Editeur Jean Picollec, la journaliste, Sophie Huet, et l’industriel Yves Bontaz – 25 AVRIL 2017

 

Croisé le menhir breton de l’édition, Jean Picollec en compagnie de Sophie Huet la journaliste de Figaro. Celle-ci signe un portrait de Guillaume Poitrinal, l’un des rares patrons de PME qui parle à l’oreille de François Hollande. Il en aurait fallu d’autres pour éviter les contre-sens ! Le patron de Woodeum ne fait décidément rien comme les autres. Après avoir démissionné, cas unique, de la tête d’un fleuron du CAC 40 (Unibail-Rodamco), Poitrinal qui a œuvré à la simplification des textes avec Thierry Mandon, mais eu vain, prend la direction  de la Fondation du patrimoine. Sophie Huet, donc, épouse de Lucien Neuwirth, ne semble pas rassurée des résultats des urnes. Cherchant à dresser le portrait d’entrepreneurs tels le Duff. « Oui, mais il lui faut une actualité ». « Avec une telle, croissance, l’actualité est chez lui permanente ».

 

Jean Picollec véritable résistant du monde libre dans un monde de l’édition de plus en plus recroquevillé et conformiste… (Nous avons lancé un excellent « Magazine sur les Livres », qui bizarrement n’a reçu qu’un pâle indifférence… D’un milieu qui semble préférer les coteries, à une nouvelle offre) prend des risques. Picollec, (meilleur ami de Jean-Edern Hallier) a publié la meilleure biographie de Vincent Bolloré (celle de Jean Bothorel) et sort ces jours-ci un livre. Véritable coup de gueule d’un industriel « Le Bal est fini » d’Yves Bontaz. Cet industriel savoyard, ex-ouvrier a fait de son groupe d’équipementier auto, l’un des géants européens avec 40000 salariés, mais son cri resonne dans le désert de nos certitudes théoriques et académiques. À lire dans le prochain Entreprendre. Merci Jean…

 

L’industrie à Volot ? – 10 AVRIL 2017

 

Jean-Claude Volot est l’un des plus grands industriels avec Dedienne (500 salariés) et son plaidoyer pro-industrie est accablant… Il a démarré de zéro dans un garage de Clamart à produire des polymères (nucléaire, prothèse) parce que son professeur de chimie lui avait dit que c’était l’avenir… Avant que   René Ricol, le médiateur du crédit le fasse venir à ses côtés … « À Bercy, les fonctionnaires sont formidables, surtout si on leur assigne des missions précises. Il faut les manager ».
Ne lui parlez pas de Pôle Emploi qui coûte 4 milliards et qui ne sert à rien : « les recrutements se font sur Internet ».

« Notre vrai problème, c’est la classe politique qui rajoute dispositif sur dispositif et au final, nous plante ». «  Un jour, j’ai dit à Gallois que le différentiel avec l’Allemagne était de 120 milliards d’euros… . Il n’avait pas vu que c’était dans son rapport. Si l’avenir est  au capital et à l’export, l’essentiel est d’améliorer l’environnement qu’il compare à un « aquarium dont les entreprises seraient les poissons ». Au lieu de s’occuper des poissons, occupons-nous de l’aquarium. « L’Allemagne a 225 milliards d’excédent et nous 60 milliards de déficit… Mais nos groupes au CAC 40 exportent 1200 milliards à partir de l’étranger. Si nous rapportons seulement 10%. Nous serions largement excédentaires... 40% sont exportés depuis l’Allemagne ». Avec Volot, on sait ce qui reste à faire : remettre l’industrie au centre.

 

Le PDG de NASH TEC peut tout localiser – 6 AVRIL 2017

 

Jean Michel Limoges, 57 ans, fait partie de ces dirigeants dont on ne parle pas… Outre son club de dirigeants, « Roissy Entreprises » (5500 adhérents), cet ex-cadre de l’industrie chimique qui a bourlingué sur tous les continents (Afrique, Arabie Saoudite…) a crée Nash Tec en 2004. À 41 ans, et après être passé par des multinationales dont Rhône-Poulenc, où il en avait assez de s’entendre dire que sa carrière de chimiste était dans les tuyaux. À un DRH, il répliqua : « Dommage que vous ne puissiez pas mettre en équation ma personnalité… ». C’est le vrai problème « Au États-Unis, on se fout de ton diplôme, ou tu vends ou tu ne vends pas ».

 

Nash Tec crée dans un garage avec son épouse, la vache enragée… La première année, il perd 150 000 d’euros. « Mais quand on saute le pas d’une multinationale, on n’est plus grand-chose ». « L’essentiel est de durer … ». Aujourd’hui son système de géolocalisation de management de flotte a déjà séduit Chronopost et Total (8 millions d’euros de CA, 38 salariés)… . Ses concurrents (Thalès, Orange …) ne lui font pas de cadeaux. Raison de plus pour se mettre sur des niches. « Plus c’est complexe, moins il y a de concurrents ».

 

Bien joué, le fondateur de Nash Tec lance « Poulcet», premier boitier sécure pour tout géolocaliser. Les applications sont immenses (tableaux, musées, enfants, voiture de collection, bateaux…).  Modestement, je lui conseil de parler à Annette Roux, la fondatrice des chantiers  Bénéteau. À la fin du repas, « Chez Francis », place de l’Alma à Paris, ses yeux se mettent à briller. C’est à cela qu’on reconnaît les vrais entrepreneurs. Des passionnés !

 

 

Les atermoiements de Borloo vont-ils le rendre incontournable ? – 25 AVRIL 2017

 

Il a longtemps hésité… Le lendemain du Trocadéro, encore troublé par les révélations de l’affaire, l’ancien ministre de l’écologie me fait part de ses doutes… Je lui avance que le programme de Fillon est le meilleur pour le redressement… À moitié-convaincu. Mieux, il rencontre ensuite Fillon à de plusieurs reprises ainsi que sa garde rapprochée Antoine Gosset-Grainville ou Bruno Retailleau… Malgré tout sa bonne volonté et des propositions concrètes complémentaires, le candidat de la Droite, au lieu de chercher à s’ouvrir et à élargir ses bases, s’arqueboute sur ses idéaux, sa garde rapprochée cherche d’abord à se protéger et à protéger le candidat de la Droite et du Centre. Prime est donnée aux « croisés » du Trocadéro, ceux qui ne l’ont pas lâché dans la tempête, à l'instar de François Baroin ou Luc Chatel…

 

Occasion manquée, Borloo aurait pu s’investir et apporter des voix bien utile sur des électorats sensibles (jeunes, blacks, ouvriers, employés …) qui ont tant manqué ! Je l’ai eu de nombreuses fois. Dans ses bagages, des propositions audacieuses et des alliées de poids (Villepin, Juppé, NDA ?). Véritables prises de guerre qui auraient mettre tout leur poids et fait basculer l’élection. Résultat parce que Fillon est resté enfermé dans son bunker malgré les tentatives du pertinent et fidèle Jean de Boishue, Villepin a rallié Macron, Juppé l’a soutenu du bout des lèvres et NDA s’arrime sur l’autre rive...

Au final, Borloo ne garde pas d’amertume. « Macron n’a pas beaucoup d’expérience, mais il a pour lui, le renouvellement, et des gens de qualité… L’heure n’est-il pas au dégagisme ! »

Aux législatives, il est probable qu’ « En Marche », allié au PS, n’ait pas de majorité. Dans ce cas, l’UDI redeviendrait charnière, et Borloo proprement incontournable.

 

Start-up Macron – 25 AVRIL 2017

 

Qu’on le veuille ou non, la réussite fulgurante du candidat d’En Marche mérite d’être saluée. L’autre jour sur Sud Radio, face au journaliste politique chevronnée Gilles Leclerc, je saluais cette start up réussie, même si elle a bénéficié des réseaux de la Hollandie et du financement de fonds établis, sans parler des appuis médiatiques…

Le meilleur ami de François Hollande, l’avocat Jean-Pierre Mignard, a beau jeu de rappeler, prenant sans doute ses désirs pour des réalités, que l’ex ministre de l’économie lui rappelle un certain Chaban-Delmas. L’essentiel pour Macron est d’arriver à faire passer notre pays dans une économie compétitive. Pour ce faire… Il serait bien inspiré de puiser dans le programme d’un certain Fillon, qui bizarrement s’est rallié sans exiger le moindre accommodement programmatique…
Baisse de la CSG, suppression de l’ISF ou le contrôle de l’immigration auraient pu constituer des points d’exigence utiles… propres à animer un électorat tenté par un vote FN

 

Un créneau comme un autre – 21 AVRIL 2017

 

Elle invente la crème solaire dont elle rêvait, qu’elle n’arrivait pas à trouver dans les rayons. « Les crèmes solaires sont trop grasses, collantes et sans textures. » donc elle l’a créé ! Audrey Delort-Laval, HEC de 29 ans a quitté Chanel où une belle carrière l’attendait pour lancer avec 40K € Mimitika, la première crème solaire naturelle. Quel culot : sur un salon professionnel, elle croise Xavier Niel et le convainc de mettre  100K € sur sa boîte au côté de Michel, fondateur de Michel & Augustin. Elle a osé, cela lui a réussi. Site Web référencé chez Monoprix , elle se prend à rêver d’un parcours à la Nuxe ou à la Caudalie... La réussite n’appartient décidemment qu’à ceux qui ont de la lumière dans les yeux.

(Interview sur Entreprendre TV)

NOTRE KIOSQUE
En ce moment
A lire aussi
RECEVEZ
NOS DERNIERS
ARTICLES EN DIRECT
REJOIGNEZ LA COMMUNAUTE DES ENTREPRENEURS :