Accueil > Les indiscrets de Robert Lafont / Octobre 2018

Les indiscrets de Robert Lafont / Octobre 2018

Entreprendre.fr

L’espoir tel une comète... Macron devrait prendre Agnès Verdier Molinié à Bercy

C’était vu ! Macron allait réformer tout ce que la classe politique, avant lui, n’avait osé entreprendre... 18 mois après, l’attente est toujours là, mais le doute s’installe. Tous ceux, syndicats, rentiers du système, profiteurs de l’État providence, qui, par intérêt ou dogmatisme, n’ont pas envie que cela change, ne se sont pas fait attendre... Économie mixte et avantages acquis, on n’y touche pas. Il est là le mal français. Et je ne parle pas de nos amis médias qui, après avoir porté Macron au pinacle, prennent leur revanche pour faire penser qu’ils sont libres. Personne n’est dupe....

 

L’affaire Benalla participe de cette palinodie. Pendant tout l’été, on a voulu nous passionner avec une affaire de second ordre. Même si cela a permis à nos sénateurs, Philippe Bas en tête, de se montrer à la télé. On dissimule les enjeux, seul l’intérêt du pays devrait compter. Les solutions nous tendent les bras. Tous nos voisins l’on fait. (Lire à ce sujet les rapports de l’iFRAP, dirigé avec mastria par la brillante Agnès Verdier-Molinié, que l’on ferait bien d’écouter un peu plus à Bercy).

 

Le Président ne doit plus se laisser impressionner par les tenants de l’immobilisme et les défaitistes professionnels. Si il a été élu, c’est pour redresser le pays... La haute fonction publique, qui a repris la main comme jamais, se doit d’être dirigée... 56% du PIB en dépenses publiques, ce n’est plus tenable... Cela fait rire le monde entier. Trop d’ élus, trop de textes, trop d’impôts, trop de charges... Où sont les économies budgétaires (15 milliards par an)... Il n’y aura pas de baisse d’impôts et de charges sans baisse de train de vie de l’État. Il faut des mesures fortes : Daniel Trump ne vient il pas de baisser le taux de l’IS de 35 à 21% avec l’effet d’entraînement que l’on connaît ? En France, on passera de 33,3 à 28% en deux ans ! C’est un début !

 

21 septembre

Profitez du suramortissement pour robotiser et digitaliser !

La mesure est excellente, elle n’est pas passée inaperçue. Tout ce qui va dans le sens du redéploiement industriel du pays nous convient. Le premier ministre Edouard Philippe confirme l’avantage fiscal exceptionnel permettant de déduire du résultat imposable 40% du prix de revient d’un nouveau bien d’équipement. La mesure cible les investissements dédiés à la robotique et à la transformation numérique (imprimantes 3D, logiciels de gestion de la production, capteurs connectés...), pour combler le retard d’équipement de nos PME. Profitez en, nous lançons, avec l’entrepreneur Thierry Hazan, Lafont Digital, pour aider nos entreprises à se numériser en masse. Ne manquez pas le tournant.

 

14 septembre 2018

Les éditeurs de presse vont ils scier la branche sur laquelle ils sont assis ?

Un marchand de journaux proche de la Maison de la Radio (Paris XVI) s’étonne de voir les groupes de presse pousser eux mêmes à la lecture numérique, « ils mettent à mal un peu plus la filière… es aides ne devraient pas financer les médias mais le réseau de presse. » Nous sommes d’accords. Le groupe Figaro (Dassault) a t il besoin de toucher 15 M€ de subventions par an, alors que 700 marchands de journaux baissent pavillon chaque année en France et que l’on va de plus en plus donner les clés de la distribution et du pluralisme aux grandes surfaces ou réseaux intégrés (Relay).

 

Air France KLM : Ben Smith, le nouveau patron paye de sa poche

Il commence fort le Canadien recruté à prix d’or pour redres ser (enfin) la compagnie aérienne, à laquelle nous tenons tant. C’est promis, l’ex DG d’Air­Canada­investira la moitié de son salaire (450 K€) dans le capital... Un signal fort et qui tranche.

 

19 septembre 2018

Si tu cherches un emploi, va à Avranches

Dans cette commune du sud Manche, nichée entre le Mont Saint-Michel et Saint Lô, quasiment pas de chômage... mieux, on se dispute la main d’œuvre disponible. Entre Remade, pépite locale de reconditionnement de smartphones, créé de zéro par un entrepreneur fantastique Mathieu Millet, qui en 3 ans, boucle son 850ème recrutement, Chereau, le roi local devenu leader européen du camion frigorifique, ou LVMH qui bat son plein à Ducey pour attirer des apprentis maroquiniers dans son usine Louis Vuitton, on ne sait plus où donner de la tête. Même l’hôtelier de la Croix­d’ Or de cette bourgade de 7 000 habitants, se désole : « il ­n'y a­ pas ­assez ­d’écart ­entre ­les ­revenus­ d’un ­travailleur ­et ­celui­ d’un­ chômeur. On ­le­ disait ­dans ­les ­années ­60. Cela ­n’a ­fait­qu’empirer. » Au centre ville, le patron du café «Royal» a du mal à s’enthousiasmer pour son équipe de foot, pourtant brillante en N3. «On­ n’arrivera ­à­ rien.­ Le­ président­ de club­ veut­ tout­ faire.­ Il­ ne­ délègue­ pas.­ C’est­ comme­ l’AS ­Cherbourg­ avec ­Gérard­ Gohel.» À chacun ses problèmes !

 

26 septembre 2018

Comme Giscard, Macron n’avait jamais encore connu l'échec

« Avant­ d’ accéder­ à ­l’ Élysée, ­il ­n’a ­jamais ­connu ­de ­bas ­jusque-là. », Louis Thannberger, le champion de l’introduction en bourse (IPO N°1), est en pleine forme (vous le retrouvez désormais, chaque mois, dans Entreprendre, voir page 137. Cela vaut le détour). Un proverbe populaire ne dit-il pas aussi : «malheur­ à ­celui ­dont ­les ­mérites ­sont ­reconnus ­tro p­tôt ». Cela veut dire la même chose ! On connait cela en sport avec des jeunes prodiges qui n’ont rien donné ensuite. En tennis, à l’âge de 15 ans, un certain Richard Gasquet battait Raphaël Nadal à plates couture, on connait la suite. Pour finir, Thannberger est cruel. « La ­différence­ entre­ Macron et ­Trump, ­c’est ­que­ lui n’a jamais ­été ­agent­ immobilier­ à ­New-York. » Vite, un chef d’en-treprise pour redresser la France administrée !

 

17 août 2018

Roullier, Raulic, Beaumanoir : les Malouins donnent une leçon de commerce

Atmosphère bon enfant sur la Côte d’Émeraude. À Saint-Malo, les magasins ouverts de 10h à 20h ne désemplissent pas. Jacques Briochin (l’artisan droguiste depuis 1919) et son fameux savon noir a eu la bonne idée d’ouvrir à l’entrée même de la citée corsaire. Le Quimpérois Larnicol n’est pas en reste pour vendre ses macarons. Le boom des boutiques de conserverie de poisson, «Belle-Iloise» en tête, semble un vrai filon. Le Normand Saint­James s’affirme comme marque phare du textile de l’ouest au même titre qu’Armor-Lux. On se croit dans un microcosme. Il y a du monde, mais tout le monde se tient. On est loin des dérives urbaines des métropoles. À Dinard l’élégante, un castel de luxe est présenté en vente chez Garcin­à plus de 15 M€. Au centre-ville, le restaurateur malgré une salle bien rem- plie continue de maugréer. «Si­vous­voulez­ma­place,­je­vous­la donne.­Ce­n’est­plus­comme­avant...­Être­ patron,­ c’est ­un­ sacerdoce.­ Les­ charges,­ les­ normes­ et­ la­ recherche­ du­ personnel.» « Le­mon de­ politique­ ne ­change­rien. » Un peu plus loin, Serge Raulic, propriétaire des fameux Thermes, n’a pas de temps à perdre. Il totalise avec ses nombreux établissements plus de 500 emplois... Et je ne vous parle pas de Daniel Roullier, devenu leader roi de l’engrais, ou de Roland Beaumanoir, challenger du textile urbain (Cache­Cache ou Bonobo), qui lance son incubateur internet dans la cité corsaire. Conquérants ces Bretons !

 

19 septembre 2018

Cahors : la pari d’Alain-Dominique Perrin

Cahors a beau être à 5h30 en train de Paris contre 4h pour sa voisine Agen, plus au sud, ses entrepreneurs vinicoles ne se découragent pas, à commencer par la famille Vigouroux qui, après avoir réinventé le bel écrin hôtelier «Château­de­Mer-cuès» et son panorama splendide sur le Lot, augmente chaque année ses surfaces vinicoles. À quelques encablures, l’inénarrable Alain-Dominique Perrin, ancien patron de Cartier, n’est pas en reste avec le Château­Lagrézette sur 90 hectares devenu, avec 42 salariés, le meilleur des ambassadeurs dans le monde du seul Malbec­tricolore. Son maître de chai me le certifie : «avec­ 40­ hectolitres­ récoltés­ par­ hectare­ en moyenne,­la­qualité­prime­sur­la­quantité». En bon Nantais, ADP aurait pu investir sur le Muscadet, il a préféré miser sur cette discrète terre du Quercy dès 1981. À quelques mètres de là, une PME de bio cosmétiques, Phyt’s (Laboratoires Jérodia, 22 M€ de CA), fait vivre le village de Caillac (47). Cela devrait donner des idées à nos élus qui se préoccupent de redonner vie à nos territoires. Près d’Agen, plus au sud, la cité royale de Nérac, tout est à vendre. Là où à côté, à Casteljaloux, la station thermale spécialisée en rhumatologie jouit d’un bel actif. Au lieu de construire à n’en plus finir de nouvelles zones périurbaines, relançons l’activité de nos bourgades. La France reste un pays de petites villes.

 

Marc Roche : « Le Brexit va réussir »

On ne l’entend pas beaucoup dans les médias hexagonaux, et pourtant, cet ex-journaliste du Monde est formel. Il va même à contre-courant. «Demain,­ les­ investissements­ des­ riches proche-orientaux,­ russes­ ou­ chinois­ dans­ l’ immobilier­ londo- nien­ auront­ encore­ moins­ de­ comptes­ à­ rendre­ sur­ la­ prove- nance­des­fonds.­Quelque­40 000­propriétés­nichées­dans­la capitale,­là­où­le­mètre­carré­vaut­de­l’or,­appartiennent­déjà à­des­sociétés­écrans­étrangères­immatriculées­dans­un­paradis­fiscal­britannique.­Post-Brexit,­ce­sera­la­ruée.­(...)­Au­mo- ment­où­les­oligarques­de­l’ Est­ont­acheté­des­clubs­de­foot­de la­Premier­League,­personne­ne­leur­a­demandé­la­provenance de­leur­argent.» Raison de plus pour lire « Le ­Brexit ­va ­réussir » (Albin­Michel). Je ne sais plus quel philosophe disait « lorsqu’on­ vous ­assène­ une ­vérité, ­il­ faut­ penser­ à­ la­ vérité­ inverse­. »

 

NOTRE KIOSQUE
En ce moment
A lire aussi
RECEVEZ
NOS DERNIERS
ARTICLES EN DIRECT
REJOIGNEZ LA COMMUNAUTE DES ENTREPRENEURS :