Accueil > Made in France : Babymoov équipe les bébés du monde entier

Made in France : Babymoov équipe les bébés du monde entier

Entreprendre.fr

Avec 35 M€ de CA, Babymoov, spécialiste de la puériculture, est en pleine croissance grâce à un axe international fort. «Dès le départ, nous avons développé une culture de l’international», témoigne Laurent Windenberger, l’un des trois quadras fondateurs, avec Arnaud Courdesses et Arnaud Thiollier, de cette belle PME clermontoise en Auvergne.

Pour ces camarades de l’École supérieure de commerce de Clermont-Ferrand : «Il serait dommage de ne pas profiter de toutes les opportunités qui s’offrent à l’export». Le développement de Babymoov à l’international ne date pas d’hier. «Une collaboratrice allemande a lancé depuis la France notre activité sur le marché allemand, avant de créer notre filiale à Francfort. Par la suite, nous avons développé des partenariats de distribution dans plusieurs pays. Aujourd’hui, nous sommes présents dans une quarantaine de pays», se félicite l’entrepreneur.

 

à lire aussi

 

D’abord à l’assaut des pays voisins (Benelux, Espagne, Italie), les trois amis se tournent rapidement vers le grand export (Australie, Brésil, Afrique du Sud...), avec notamment une implantation récente aux États-Unis. Pour Laurent Windenberger, la réussite est liée à la prise de risque : «En France, 1 entreprise sur 2 ne survit pas au-delà de 5 ans. Celles qui réussissent sont celles qui ont su construire une image forte et se sont données les moyens d’y arriver. La notion de prise de risque est ici capitale. Sans risque, pas de projet fort, pas de résultat... et pas de succès à l’international. Grâce à notre prise de risque, nous sommes fiers d’avoir augmenté notre CA de plus de 50% en 4 ans. Notre mode de gouvernance à trois nous permet aussi de nous rassurer et de nous galvaniser», indique Laurent Windenberger, qui prône la solidarité.

 

«Adressez-vous à d’autres entrepreneurs, qui partageront leur expérience et vous aideront à appréhender la prise de risque». À moins de savoir, comme lui, «insuffler cette culture de la prise de risque» à ses 100 salariés. Une méthode qui a fait ses preuves.

NOTRE KIOSQUE
En ce moment
A lire aussi
RECEVEZ
NOS DERNIERS
ARTICLES EN DIRECT
REJOIGNEZ LA COMMUNAUTE DES ENTREPRENEURS :