Accueil > Cosmétiques : MIMITIKA se fait une place au soleil

Cosmétiques : MIMITIKA se fait une place au soleil

Entreprendre.fr

En 2014, Audrey Delort-Laval, 29 ans, ex-chef produits parfum chez Chanel, tombe sur une étude indiquant que d’ici à 2020, 1 Européen sur 6 souffrirait d'un cancer de la peau au cours de sa vie malgré l'efficacité reconnue des crèmes solaires.

 

«J’ai réalisé que, paradoxalement, je n’avais jamais rencontré une seule personne aimant se tartiner de crème solaire. Textures grasses et collantes, traces blanches... on a plus souvent l’impression de s‘étaler du dentifrice sur la peau qu’un lait protecteur !», raconte celle qui a décidé de dépoussiérer le secteur de la crème solaire en créant une crème protectrice mêlant confort et efficacité.

 

Il lui faudra un an pour se décider à quitter un job confortable chez Chanel et se jeter dans l'inconnu : l'entrepreneuriat. «Je me suis lancée avec mes économies ! Je savais depuis longtemps que je voulais entreprendre alors, dès mon 1er salaire, j’ai mis de l’argent de côté».

 

Libre et enceinte, elle arpente les allées des salons professionnels, développe son concept, met au point une formule, des packagings... jusqu'à obtenir le produit parfait : «Une crème pour le visage avec un indice de protection 50 qui a une texture proche d’une crème de jour. En plus d’être water-resistante et hydratante, elle contient un actif naturel qui permet d’activer la mélanine et donc d’accélérer le bronzage. Le petit plus, c’est une fabrication 100% made in France et des produits qui ne contiennent aucun mauvais ingrédient : ni parabène, ni allergène, ni nanoparticules, ni alcool !».

 

En 2016, Audrey Delort-Laval réalise une première levée de fonds auprès de business angels, dont Xavier Niel, via son fond Kima.

 

«C’est la 1ère fois qu’il investissait dans les cosmétiques et j'ai été très touchée qu’il mise sur la protection solaire et croie en MIMITIKA». Marque Premium mais accessible, MIMITIKA est distribuée d'abord dans les concepts stores et les parfumeries indépendantes avant de séduire les grandes enseignes comme les Galeries Lafayette et Monoprix.

 

«J’ai également eu la bonne surprise de découvrir que la qualité du produit et de la marque ont convaincu les pharmaciens qui cherchent à renouveler leur offre de parapharmacie». Face au succès, la jeune maman souhaite étendre la gamme dès l’année prochaine en proposant plus d’indices de protections et de nouveaux formats, avec l'internationalisation en ligne de mire.

 

NOTRE KIOSQUE
En ce moment
A lire aussi
RECEVEZ
NOS DERNIERS
ARTICLES EN DIRECT
REJOIGNEZ LA COMMUNAUTE DES ENTREPRENEURS :