Accueil > Mobilité des cadres : un phénomène de société

Mobilité des cadres : un phénomène de société

Entreprendre.fr

Ce qui caractérise « les grands mobiles » c’est qu’ils passent tous une part considérable de leur temps à se déplacer pour leur travail. Que celui-ci les amène à passer plus de deux heures par jour dans les transports, à «découcher» plus de 60 nuits par an ou même à avoir deux lieux de résidence, la grande mobilité liée au travail est un phénomène de société.

Dépassant la simple question de l’offre de transport, cette dernière nécessite des arbitrages complexes pour concilier vie privée et vie professionnelle, tant et si bien qu’elle est devenue un mode de vie. Mais qu'en est-il vraiment et qu’en pensent les intéressés, pour la plupart managers, dirigeants et commerciaux ?

 

à lire aussi

 

Le Forum Vies Mobiles, Institut de recherche et d’échanges sur la mobilité, a dirigé dernièrement une recherche menée par le laboratoire de sociologie urbaine (LaSUR) de l’École Polytechnique de Lausanne, portant sur le phénomène de la grande mobilité liée au travail. Voici ce qui en ressort. 


Un actif sur deux est concerné ! 
Un actif sur deux est confronté à la grande mobilité liée au travail à un moment de sa vie. Aujourd’hui la grande mobilité n’est plus l’apanage des hommes d’affaires, des chercheurs…

 

Elle s’est désormais étendue à bon nombre d’autres métiers (commerce, enseignement, administration…) à tel point qu’en France, une personne sur deux est  concernée par une situation de grande mobilité à un moment ou à un autre de sa carrière. Alors qui sont ces grands mobiles ?

 

59% des hommes grands mobiles en 2007 ne le sont plus en 2014 s’ils ont eu un enfant. Ils sont 51% à ne plus l’être chez ceux qui n’en ont pas eu. On trouve deux fois plus de grands mobiles dans les familles monoparentales (15%) que dans les familles avec conjoints et enfants (8%). Au-delà du genre et de la structure familiale, l’étude révèle que les revenus et les niveaux de formation ne sont pas déterminants pour la pratique de la grande mobilité. 


Le fort impact des conditions économiques  
Face à la dégradation du contexte économique de ces dernières années, la grande mobilité est de plus en plus nécessaire, pour concilier vie privée et vie professionnelle. Avec la hausse du taux de chômage, elle s’impose notamment aux populations les plus exposées à la précarité professionnelle. 

 - En 2014 en France, 62% des grands mobiles (30 à 59 ans) estimaient que la grande mobilité leur a permis à de sortir d’une période de chômage ou de l’éviter, ils étaient 80% en Espagne. 
  
Un épisode éprouvant mais en voie de normalisation 
La recherche fait ressortir qu’il est de plus en plus fréquent d’envisager de devenir grand mobile au cours de sa carrière, à plusieurs reprises et pour des périodes plus ou moins limitées. À l’exception des travailleurs mobiles par nature (pilotes, représentants de commerce, chauffeurs…), on s’y résout souvent plus par nécessité que par plaisir et essentiellement pour des raisons matérielles : obtention d’une promotion, difficultés professionnelles ou personnelles.

 

De plus en plus de grands mobiles jugent en effet leur situation fatigante, voire éprouvante et peu enrichissante (sauf économiquement). L’étude identifie certains effets de ce mode de vie sur la santé (fatigue), la vie de famille (éclatement familial) ou la vie sociale (moindre socialisation).  

Néanmoins, la grande mobilité est en voie de normalisation : En 2007, en France, comme en Espagne, en Allemagne ou en Suisse, 44% des grands mobiles considéraient la grande mobilité comme normale. En 2011, ils étaient 54% à la considérer comme normale et près des deux tiers la considéraient comme une nécessité.

 

Et les chiffres montent encore en 2015. Quand certains réussissent à s’approprier la mobilité et la mettent à profit en se détendant ou en travaillant, d’autres la voient comme du temps perdu et difficilement appropriable. La recherche relève cependant une évolution de l’appropriation des temps de transports ; de plus en plus de grands mobiles mettent leur temps de trajet à profit pour travailler.  

Mieux l’intégrer à l’entreprise 
Contrainte ou volontaire, nécessaire ou occasionnelle, la grande mobilité est rarement intégrée ou perçue par l’entreprise comme un statut, voire un métier à part entière. Pour le Forum Vies Mobiles, il conviendrait que les entreprises s’attachent à mieux répertorier les métiers des grands mobiles.

 

Au regard des résultats de cette étude, les axes suivants  sont préconisés : 

 

Repérer et accompagner les grands mobiles par une politique RH spécifique 

 

Développer les compétences nécessaires à la grande mobilité par exemple en attribuant ces postes à des profils adaptés (sans enfants par ex.) et les accompagner par des formations spécifiques, une revalorisation des postes et un accompagnement des familles. 

 

Faciliter le lien des grands mobiles avec leur port d’attache. Même si certains disposent d’un confort matériel supplémentaire (rémunération, transport, hébergement), le besoin d’un cadre familial et social fiable est prégnant. L’entreprise pourrait faciliter le lien familial avec des outils adaptés : tablette, skype…. 

 

Reconsidérer la valeur économique du temps de transport des grands mobiles. Si le mouvement se poursuit et que les transports deviennent de véritables centres d'affaires, la question de la valeur économique du temps passé à voyager pourrait être posée : pourquoi ne pas le considérer tout bonnement comme un temps de travail à part entière et inciter des salariés à utiliser des moyens de transport permettant de travailler dans de bonnes conditions ? 

 

Réguler la grande mobilité et faciliter d’autres modes de vie. Afin de prendre en compte les aspirations des grands mobiles à ne pas le rester trop longtemps, deux pistes de solutions sont envisageables : 

> Limiter le volume des postes de grands mobiles. Les grands mobiles appréhendent leur situation le plus souvent comme provisoire. A cet effet, les entreprises pourraient agir en sorte de limiter les périodes de grande mobilité de chaque employé, voire réduire le nombre de postes concernés ou les réorganiser afin que les grands mobiles n’aient plus à découcher. 

 

> Penser d’autres systèmes de mobilité. Les nouvelles technologies permettent  désormais de favoriser le travail à distance, qu’il soit à domicile ou dans les tiers lieux ou autres espaces de Coworking. A plus long terme on pourrait même imaginer un réseau d’échange de postes de travail entre les employés, à expérimenter en premier lieu dans les grandes entreprises. De même, une société moins gourmande en consommation d’énergie pourrait aussi favoriser le rapprochement d’une partie non négligeable des emplois des lieux de résidence. La généralisation des circuits courts de production, les innovations techniques comme l’impression 3D pourraient aussi contribuer à cette réduction. 
 
Enfin, l’écart entre le discours managérial valorisant la capacité à être mobile et les réelles aspirations des salariés, devrait inviter à une refonte des politiques de ressources humaines des entreprises mais plus largement, des politiques de mobilité qui devraient intégrer les dimensions sociales et familiales.   

NOTRE KIOSQUE
En ce moment
A lire aussi
RECEVEZ
NOS DERNIERS
ARTICLES EN DIRECT
26/02/2017
Et si #Chabal faisait fortune avec une #startup ? https://t.co/j8dj9TZDC9 https://t.co/I9dQFGctoN
26/02/2017
L'entreprise est-elle menacée ? https://t.co/VnKxSCtUhc https://t.co/7W4gF4sBbR
26/02/2017
Axioma invente l'agriculture de demain https://t.co/QdKzyVujH7
26/02/2017
La Concierge a la réponse ! https://t.co/Tmm0Vd0NJ7 https://t.co/euAWOic5Va
26/02/2017
Les bons réseaux d'Alcméon https://t.co/bzbffgpc4C
26/02/2017
Startup : LePermisLibre veut passer la seconde https://t.co/NRwIsHFMiv
26/02/2017
Professions médicales : les avantages de constituer une Société d'exercice libérale https://t.co/0up5tPjza3 https://t.co/4r1uvNQZhF
26/02/2017
La solution qui vous permet de tester vos produits https://t.co/QRqCntDTRP
26/02/2017
BoostInLyon mise sur la région https://t.co/aT2X4kqqzm
26/02/2017
Start-up : le parcours sans faute de TravelerCar https://t.co/akdArRcbtx
ABONNEZ-VOUS
Abonnement
REJOIGNEZ LA COMMUNAUTE DES ENTREPRENEURS :