Accueil > Hervé Novelli (LR) : “La classe médiatique s'érige en tribunal”

Hervé Novelli (LR) : “La classe médiatique s'érige en tribunal”

Entreprendre.fr

Proche de François Fillon, Hervé Novelli, ancien ministre et cofondateur de WikiPME (la communauté solidaire des entrepreneurs), déplore les dérives de certains médias.

Qu'attendez-vous des médias durant la présidentielle ?

Hervé Novelli : Qu'ils recentrent l'information sur les projets des différents candidats à l'élection et qu'ils mettent en lumière les grands enjeux : comment compter à nouveau dans le monde ? Relancer le projet européen ? Rétablir la compétitivité dans notre pays ? Faire baisser le chômage et s'attaquer aux questions d'éducation et de formation de nos jeunes ?

 

Aujourd'hui, force est de reconnaître que les médias ne sont pas au niveau sur les enjeux présidentiels. Or, ce sont ces sujets qui vont permettre de savoir si la France reste une puissance économique mondiale. Dans les médias, il y a cette tentation du sensationnel, la concurrence des réseaux sociaux, la pression d'Internet et des infos qui fuitent. Nous en avons l'exemple aujourd'hui avec Fillon confronté à un tribunal médiatique sans être mis en cause juridiquement ou mis en examen. Cette course sensationnelle est dommageable pour le débat de fond.

 

Les médias parlent-ils des besoins des entrepreneurs ?

HN : Ce n'est pas souvent le cas. J'ai le sentiment que l'entrepreneur n'est pas compris dans son activité par les médias traditionnels. Il y a un décalage flagrant entre l'opinion publique qui rend hommage aux patrons de PME et les médias. Ils ne laissent pas suffisamment de place aux problèmes des entrepreneurs, les sondages démontrent pourtant que l'entrepreneur est une figure jugée très positive.

 

Comment changer la donne ?

HN : En améliorant la compréhension économique et les rouages de l'entreprise. L'entrepreneur détient un apport positif dans la contribution de la société française. Il faut que les médias aillent à la rencontre des jeunes diplômés, pour comprendre la diffusion des mécanismes.

 

Comment améliorer les échanges entre la presse et les politiques ?

HN : Je suis assez navré et triste de voir le dévoiement de la presse comme avec le Pénélope Gate. Aujourd'hui, 150 parlementaires ont eu recours à cette facilité, d'employer des membres de leur famille et personne n'a cité les noms ! Or, quand on voit la liste, il y en a pour tout le monde. Pire, aucune information n'est recoupée.

 

On cloue au pilori un homme sans lui donner une droit de réponse. Il n'y a aucun respect du droit dans cette affaire, la classe médiatique s'érige en tribunal et elle le fait bien mal, sans vérifier ses sources. C'est à la classe médiatique d'enquêter, de confronter les sources… des bases que l'on apprend sur les bancs des écoles de journalisme.

 

Avez-vous choisi votre candidat ?

HN : Je pense que vous l'avez deviné : François Fillon, le seul à porter un projet de redressement crédible. Ce serait dramatique pour le pays qu'il se retire.

NOTRE KIOSQUE
En ce moment
A lire aussi
RECEVEZ
NOS DERNIERS
ARTICLES EN DIRECT
ABONNEZ-VOUS
Abonnement
REJOIGNEZ LA COMMUNAUTE DES ENTREPRENEURS :