Accueil > Olivier Dion, CEO de Onecub : « il est crucial de nous réapproprier nos données personnelles »

Olivier Dion, CEO de Onecub : « il est crucial de nous réapproprier nos données personnelles »

Thibaut Soprano

Partant du constat que les internautes sont dépossédés de leurs données personnelles, la start-up Onecub a pour ambition de permettre aux utilisateurs de se réapproprier leurs informations et d’en disposer intégralement. Une révolution dans le monde opaque des données personnelles. Explications d’Olivier Dion, CEO  de Onecub.

Entreprendre > Quelle est la genèse de Onecub ?

Olivier Dion, CEO de Onecub : Chacun de nous a un jour éprouvé ce sentiment diffus d’une perte de contrôle de ses données et, in fine, de leur réutilisation, malveillante ou non, par des tiers. De fait, nous ne pilotons plus rien : notre vie numérique nous échappe totalement. Nous sommes en quelque sorte dépossédés de nos propres données.

 

à lire aussi

 

Chez Onecub, nous prétendons que ce n’est pas normal : c’est à l’individu, et à lui seul, de collecter ses données et de décider de leur utilisation. Il peut bien sûr vouloir bénéficier de nouveaux usages à partir de ces données, pour profiter de services enrichis et personnalisés, mais la maîtrise doit, en dernière instance, revenir à l’individu.

 

Nous faisons partie des start-up qui ambitionnent de changer ce paradigme, en mettant entre les mains des individus un outil leur offrant l’opportunité de gérer ce flot d’informations. Car ce qui compte vraiment pour les individus, ce sont les usages.

 

 

Comment se déroule cette dépossession de nos données personnelles ?

Aujourd’hui, lorsqu’un individu se rend sur un site, il remplit un formulaire et laisse ses données (mail, adresse postale, numéro de téléphone, etc.). Le site enregistre son activité pour le spammer dans la foulée. Voici le processus systématiquement mis en œuvre.

Le suivi des encarts publicités d’un site à l’autre est l’une des autres applications les plus frappantes de cette réutilisation des données personnelles. Il y a deux mécanismes sous-jacents : l’échange d’informations entre les sites, qui se pratique de la main à la main, mais aussi l’utilisation massive des cookies.

 

La raison d’être de Onecub est de couper l’ensemble de ces mécanismes de transmission des données. Deuxième postulat : ce processus doit passer par l’individu. Ce dernier doit pouvoir les collecter, les visualiser dans son tableau de bord Onecub et, en définitive, décider seul de la manière dont il va les réutiliser.

 

 

De quelle manière l’individu pourra-t-il réutiliser ses données ?

Il sera en mesure de réguler les informations transmises à un site d’e-commerce comme Amazon ou la Fnac, par exemple. Cela signifie qu’il pourra, s’il le souhaite, donner plus d’informations à Amazon afin de recevoir des offres personnalisées.

Mais ce choix lui appartient. Nous devons être en capacité de retirer nos données à tout moment. Il est compréhensible qu’Amazon ou la Fnac s’approprient une donnée créée à partir d’un achat effectué sur leur site, mais je dois également en être propriétaire et ils n’ont pas à savoir ce que je n’ai pas décidé explicitement de leur communiquer. Ce n’est pas le cas à l’heure actuelle.

 

 

 Comment s’articulera la relation client selon ce nouveau paradigme ?

Onecub a été pensé comme un outil de communication, un intermédiaire entre l’individu et les sites qu’il utilise. Je communique des informations sur moi-même, mais j’en garde la pleine maîtrise : c’est du donnant-donnant.

Vous profitez de mes données, mais il y a une contrepartie : je vous octroie l’accès pour un usage précis. En outre, vous devez être capable de me dire ce que vous allez faire de mes données et vous limiter à l’usage dont nous avons convenu. Enfin, je dois pouvoir couper le flux à tout moment.

 

 

 Quelle est la vocation de Onecub ?

C’est une manière de devenir des adultes dans notre vie numérique, alors que nous sommes actuellement infantilisés. Des systèmes d’informations communiquent avec d’autres systèmes d’informations, sans que nous n’ayons de prise sur ce processus. L’individu doit gérer ses données et en disposer comme bon lui semble.

 

C’est une lapalissade que de dire cela, mais Internet est désormais partout : tout est réseau et interactions avec ce réseau, jusqu’aux objets de notre vie quotidienne. Avec un outil de gestion comme Onecub, je vais pouvoir me retrouver partout chez moi, car les services seront entièrement personnalisés.

 

Si je pilote ce processus, cet usage peut être considéré comme innovant ou enrichissant. Dans le cas contraire, cela ressemble à une vision cauchemardesque de notre avenir. A nous de choisir dans quel monde nous souhaitons vivre.

 

 

 Pour en savoir plus : onecub.com


NOTRE KIOSQUE
En ce moment
A lire aussi
RECEVEZ
NOS DERNIERS
ARTICLES EN DIRECT
REJOIGNEZ LA COMMUNAUTE DES ENTREPRENEURS :