Accueil > Sylvain Maillard, PDG d'Alantys Technology, marche avec Emmanuel Macron

Sylvain Maillard, PDG d'Alantys Technology, marche avec Emmanuel Macron

Entreprendre.fr

Le PDG d'Alantys Technology est investi par République En Marche dans la 1ère circonscription de Paris pour les élections législatives.

Le PDG d'Alantys Technology, spécialisée dans le commerce des composants électroniques, a finalement démissionné de son mandat de maire adjoint du IXème arrondissement de Paris qu'il occupait depuis 2014. La raison ? Se consacrer pleinement à la campagne présidentielle et devenir l'un des porte-parole d'Emmanuel Macron. Il est également investi par République En Marche dans la 1ère circonscription de Paris pour les élections législatives.

 

À 42 ans, Sylvain Maillard est un chef d'entreprise qui pèse 25 M€ et un jeune papa comblé. Pour lui, la politique n'est pas une carrière mais une passion. «Je ne dépends pas de la politique pour vivre. Je ne suis pas carriériste, je ne rêve pas de ça. Ce qui m'importe, c'est de voir si je peux modifier l'organisation locale, si je peux apporter ma pierre à l'édifice. C'est aussi pour cela que je me suis engagé derrière Macron. Nous voulons changer le fait que les gens fassent carrière en politique. Ils devraient faire 1 ou 2 mandats puis retourner au travail», commente-t-il.

 

Encarté très jeune à l'UDF puis à l'UDI, le dirigeant, toujours conseiller d'arrondissement, s'est longtemps tâté avant de s'engager. «En tant que patron, nous sommes toujours à expliquer ce qu'il faudrait faire, et nous-mêmes n'avons parfois pas cette rigueur que nous imposerions en tant qu'élu. Par exemple, chez Alantys, 80% du CA est réalisé à l'export. Aujourd’hui, la réussite d'un chef d'entreprise signifie qu'il s'expatrie et moi je ne l'accepte pas. Pourtant, ma société vend mieux à l'étranger. Je me suis justement engagé pour réformer notre pays et le rendre plus compétitif».

 

Malgré sa vibrante passion pour la chose publique, Sylvain Maillard ne compte pas poursuivre sur ce rythme effréné de travail durant les 20 prochaines années. D'autant qu'en décidant de rejoindre Emmanuel Macron, le P-DG se place son parti à dos. Une décision qui rend son avenir politique incertain et intimement lié à la victoire du candidat En Marche à la présidentielle.

 

«En politique, vous êtes dans un parti. C'est organisé, vous suivez la parole du chef. J'ai décidé de faire autrement et de suivre mes convictions profondes car, justement, je ne dépend pas de la parole du chef. Je n'ai pas besoin de son investiture pour vivre. Ne pas suivre son parti d'origine, c'est une vraie décision, j'ai pris un ticket aller-simple... Ma vie politique ne sera plus la même après ces élections, c'est certain», conclut-il, pensif.

NOTRE KIOSQUE
En ce moment
A lire aussi
RECEVEZ
NOS DERNIERS
ARTICLES EN DIRECT
ABONNEZ-VOUS
Abonnement
REJOIGNEZ LA COMMUNAUTE DES ENTREPRENEURS :